Société Pas toujours facile de combler le fossé entre générations, pourtant plusieurs solutions existent…

Les vacances, c’est l’opportunité de déconnecter, s’échapper et profiter du soleil au bord de la piscine sans penser à rien. Mais si c’est l’occasion de prendre la poudre d’escampette et oublier notre quotidien, nos parents et grands-parents, restés à la maison s’ennuient parfois de leurs enfants et petits-enfants. Or, on ne va pas se le cacher, la carte postale reste bien souvent la grande oubliée des vacances, à l’heure où, de toute façon, on donne des nouvelles à ses proches via les réseaux sociaux, oubliant souvent ceux qui n’y ont pas accès : nos aînés. Sans le vouloir, se crée alors une sorte de frontière entre la génération smartphone et la génération papier. Mais pour combler le fossé, plusieurs applications se sont développées.

Ne changez rien

Pour réconcilier le monde du web et celui du crayon, il faut aller chercher les jeunes là où ils sont. C’est en tout cas l’angle d’attaque qu’a décidé d’adopter la nouvelle start-up Parlapapi. Après tout, les réseaux sociaux sont aussi un moyen pratique de partager des moments, des souvenirs et des photos avec ses amis et ses proches. Alors pourquoi ne pas faire d’une pierre deux coups ? Les jeunes créateurs de la start-up ont décidé de donner à Whatsapp une dimension intergénérationnelle en faisant profiter les grands-parents de l’espace de partage que constitue le réseau social sans qu’ils n’aient besoin de l’utiliser directement et sans que les jeunes qui utilisent Whatsapp ne doivent changer leurs habitudes. L’objectif ? "Permettre aux familles d’envoyer des nouvelles au format papier, aussi simplement qu’on enverrait un sms", expliquent Pierre-Hugues et Antoine, à l’origine du concept.

Le principe est simple, "les familles sont regroupées dans des groupes sur Whatsapp qu’elles utilisent en fait déjà. Il leur suffit d’enregistrer le contact de Parlapapi, et le tour est joué !" C’est un peu comme avoir un nouvel ami dans ses contacts, sauf qu’en prime, lorsqu’on lui envoie des photos et des petits mots, il en fait de belles cartes postales et les envoie au destinataire choisi. À l’instar de ce que font déjà Fizzer ou PopCarte, mais de manière encore plus facile. Prix de l’opération ? 6,00 €/mois pour 4 photos et jusqu’à 20 € pour 25 photos.

Le journal de la famille

Pour ceux qui voudraient s’étendre un peu plus sur leurs aventures, il existe aussi des options plus développées qui envoient carrément un genre de petit magazine directement dans la boîte aux lettres des grands-parents, photos et textes à l’appui. Famileo, par exemple, propose une gazette de 30 photos et commentaires, dans une présentation simple. Tous ceux qui le souhaitent peuvent envoyer des photos et textes et la mise en page se fait de manière automatique et chronologique. Vous avez également le choix de la périodicité : toutes les semaines (17,9 €), toutes les deux semaines (9,9 €) ou tous les mois (17,9 €).

Le lien intergénérationnel, c’est aussi ce qui motive Neveo qui travaille sensiblement d’après le même principe que Famileo. Les gazettes contiennent 40 photos de base mais peuvent monter jusqu’à 100 photos, toutes légendées. À la fin du mois, la mise en page se crée automatiquement et le journal est envoyé aux personnes souhaitées. Prix demandé ? 9,99 € pour un maximum de 50 photos et 14,99 € pour maximum 100 photos.

Bien entendu, ces bons plans ne remplaceront pas des visites régulières, mais elles permettent d’interagir avec nos aînés, même quand nous ne pouvons pas les voir souvent.