Répartition statistique des dépenses selon le niveau de revenus : les pauvres dépensent plus en tabac et en médecin...

BRUXELLES Les statistiques officielles nous livrent chaque année combien les ménages belges dépensent par an pour plus de 200 produits et services. Très intéressant : le service vient de compléter le tableau en fonction des revenus des ménages. Et là, les différences s'affichent. On constate ainsi très nettement que la part du budget consacrée à tel ou tel secteur est éminemment variable selon que l'on se situe dans les 10 % de ménages aux revenus les plus bas ou, à l'opposé, dans les 10 % de ménages les plus riches...

Ainsi, pour les dernières données de 2005, en moyenne, on sait que 3,76 % du budget d'un ménage belge moyen va à l'habillement, mais cette proportion n'atteint que 2,18 % dans les 10 % de ménages les plus pauvres et 2,69 % dans le deuxième groupe le plus défavorisé, désigné comme le deuxième décile . En revanche, la part de l'habillement dans la consommation totale des 10 % de ménages les plus riches était de 4,73 % et de 4,47 % dans celle du deuxième groupe le plus riche, le neuvième décile. Conclusion : les riches dépensent donc proportionnellement beaucoup plus en habillement que les pauvres. La même évidence s'impose pour les chaussures, les meubles, les appareils ménagers, l'achat de voitures, l'achat de véhicules à deux roues, les combustibles, le matériel informatique, les restaurants et les cafés, les voyages à l'étranger et les assurances vie.

Pour toutes ces choses, les ménages des classes de revenus supérieures dépensent proportionnellement plus. Tandis que le phénomène inverse prévaut pour le tabac, le chauffage, l'éclairage et l'eau, la santé, les honoraires de médecins, la télévision et les appareils vidéo. Ces postes mangent proportionnellement une part plus importante du budget des ménages les plus pauvres.

Au niveau des livres, des journaux et des périodiques, le tableau est plus hétérogène. Les ménages plus riches dépensent proportionnellement plus en livres, les plus pauvres en journaux et périodiques.

Enfin, les chiffres absolus mettent aussi en évidence que ce sont les familles les plus riches qui déboursent de l'argent pour les produits biologiques et des produits comme le poisson frais. Concernant l'habitation, en moyenne, cette dépense représente 25 % du budget des ménages. Chez les revenus les plus pauvres, cette part passe à 39 %, soit plus du tiers des revenus ! Alors que l'on se situe autour des 19-21 % pour les revenus les plus riches... Les charges afférentes au logement principal constituent une autre dépense conséquente pour les petits revenus, alors que les plus riches dépensent jusqu'à 4 fois plus en voyages touristiques...



© La Dernière Heure 2007