Plus de 15.000 personnes ont assisté ce week-end à la reconstitution de la bataille de Waterloo

WATERLOO C'est à un fameux bond dans le passé que les organisateurs des 9es bivouacs napoléoniens ont convié le public ce week-end. Aux environs de la butte de Waterloo, 1.200 reconstituants en uniforme d'époque ont planté leurs tentes de toile, se sont entraînés comme le faisaient les grognards et ont rejoué certaines phases de la bataille de 1815. Un succès de foule : pour les escarmouches de Plancenoit, samedi soir, la police a dénombré 4.000 personnes malgré la météo peu encourageante. Et dimanche, pour la prise de la ferme d'Hougoumont, ce sont 10.000 visiteurs qui avaient fait le déplacement.

Une reconstitution spectaculaire avec des charges de cavalerie menées par quelque 70 chevaux des deux camps, des salves de tirs au fusil mais aussi au canon, les clameurs des troupes au moment des attaques... Impressionnant !

Pour la première fois, des effets pyrotechniques avaient été ajoutés pour donner l'impression que des boulets tombaient à proximité des lignes. Intéressant aussi, l'ajout de commentaires en 4 langues durant la reconstitution, pour que les spectateurs comprennent les manoeu-vres des divisions, les phases décisives de la bataille, pourquoi les soldats tiraient en ligne (pour créer un effet de masse vu l'imprécision des armes d'époque) ou les tactiques des tirailleurs. On a failli déplorer un (vrai) mort hier : un reconstituant a fait un arrêt cardiaque sur le champ de bataille. Heureusement, les ambulanciers de l'ACS La Hulpe, qui étaient en stand-by sur place, ont pu le réanimer et l'emmener à l'hôpital de Braine-l'Alleud.

Samedi, un repas de l'empereur était mis sur pied au dernier quartier général de Napoléon. Au menu, escargots et côte d'agneau. Pour la petite histoire, on retiendra que Napoléon était joué par Mark Schneider, un acteur professionnel venu exprès... des États-Unis ! En réalité, il vient souvent en Europe pour tenir ce rôle dans les reconstitutions. "Il parle un français impeccable et est doté d'un humour terrible, sourit un membre de l'organisation. Quand il est arrivé, on lui a demandé s'il n'était pas trop fatigué par la longueur du vol en avion. Il a répondu : bah, c'est la guerre !"



© La Dernière Heure 2007