Apprendre une langue étrangère, cela fait souvent partie des résolutions lancées en janvier. Mais laquelle ? Pour celles et ceux qui veulent par ce biais exercer leur cerveau, le mieux est alors de se tourner vers l’arabe, qui est la langue la plus difficile à apprendre… sauf que plus de la moitié des apprenants abandonnent (57,7 %) ! C’est ce qui ressort d’une enquête menée à l’international par The Knowledge Academy, qui a étudié le comportement d’élèves apprenant les 20 langues les plus parlées dans le monde. L’alphabet spécifique avec ses voyelles omises, la calligraphie et la structure grammaticale sont de sacrées sources de difficulté.

En revanche, la langue que les apprenants abandonnent le moins, c’est le néerlandais : 89,7 % vont jusqu’au bout du parcours !

La deuxième langue que l’on a envie d’apprendre jusqu’au bout du cursus, c’est l’espagnol. Son côté pratique et sa grande portée en font l’une des plus faciles à apprendre : cela se reflète dans un taux de réussite de 86,2 % selon les personnes interrogées. Viennent ensuite le portugais (82,8 %), le roumain (79,3 %) et l’italien (75,9 %).

Pourquoi abandonne-t-on ? Après avoir demandé aux personnes interrogées pourquoi elles avaient renoncé à l’apprentissage d’une langue, la majorité d’entre elles ont déclaré que le manque de motivation était la raison principale (42 %). Viennent ensuite la difficulté (31 %) et le manque de ressources (15 %).

Le vietnamien, qui est pourtant la langue la plus parlée d’Asie du Sud-Est, est la deuxième plus difficile à apprendre jusqu’au bout, suivi par l’hindi, une langue officielle de l’Inde : 51,6 % seulement continuent jusqu’à un niveau moyen. Après viennent le russe et le mandarin. Toutes des langues aux alphabets spécifiques.

Étonnant en revanche : l’anglais, qui est la langue mondiale des affaires et celle qui permet de communiquer par excellence, se classe au 15e rang. On l’abandonne en 31e semaine… certainement parce qu’on a l’impression de la maîtriser assez pour se débrouiller partout.