En septembre, neuf trains de voyageurs nationaux sur dix étaient à l'heure ou affichaient un retard cumulé de maximum six minutes en arrivant à leur destination. Seul septembre 2020, en pleine crise du coronavirus, avait fait mieux : la ponctualité était alors de 92,6%.

Plus de trains ont cependant été supprimés : ils étaient 2,4% en septembre 2021 contre 1,9% en septembre 2020. Au total, le mois dernier, 2.007 trains ont été partiellement annulés (ce qui signifie qu'ils n'ont pas effectué une partie du trajet planifié), tandis que 666 trains n'ont tout simplement pas pris leur départ.

Cette hausse s'explique par un double facteur. D'une part, les conséquences des graves inondations de la mi-juillet ne sont pas encore tout à fait résorbées, surtout en Wallonie. De nombreux trains ont en effet encore été supprimés en raison des travaux de réfection car, souvent, seule la moitié des voies était opérationnelle. D'autre part, les cas d'intrusion sur les voies ainsi que les accidents de personnes ont été nombreux et ont eu un impact important sur le trafic.