Société Natuurpunt demande aux propriétaires de jardin de mettre de l’eau à leur disposition.

C’est une situation alarmante que signale Natuurpunt, l’association flamande de défense de la nature et de l’environnement : les hérissons sont en train de mourir de soif !

En cause : les températures élevées de ces dernièrs jours et l’absence de pluie ont vidé les flaques d’eau où ils s’abreuvent. Et avec les températures annoncées pour ces prochains jours, la situation n’est pas prête de s’améliorer.

Pour leur donner un petit coup de main, Natuurpunt appelle les Belges à placer dans leur jardin un petit récipient contenant de l’eau et de la nourriture.

De manière générale, l’année 2016 est particulièrement difficile pour ces petits mammifères et certains centres de revalidation de notre royaume en accueillent jusqu’à dix par jour.

"C’est une année catastrophique, les hérissons payent un lourd tribut", confirme Daniel Marlier-Imhoff, gestionnaire du centre de revalidation le Clos de L’Olivier, situé à Jurbise qui a déjà recueilli près de 300 hérissons cette année.

Malheureusement, près d’une centaine d’entre eux n’ont pas survécu, malgré les soins qui leur ont été prodigués.

Les hérissons sont des animaux particulièrement fragiles et si on en trouve encore beaucoup dans notre pays, leur nombre est en constante diminution.

Outre leur sensibilité aux conditions météorologiques, ils doivent faire face à une rapide diminution de leur habitat.

"Dans les zones de bocage, ils se maintiennent bien mais dans les grandes zones agricoles sans buissons, les hérissons ne survivent pas", explique Alain Paquet, spécialiste de la biodiversité chez Natagora.

Les hérissons sont également très sensibles aux pesticides, qui sont de véritables poisons pour eux.

En outre, ces animaux figurent parmi les premières victimes de la route. D’après une estimation de Planétoscope, un organisme de statistiques, chaque année, 700.000 hérissons au moins se font écraser sur les routes européennes.


Les gestes qui sauvent

Les temps sont durs pour ces petites bestioles à picots mais pour leur faciliter la vie, nous pouvons effectuer certains gestes relativement simples.

Pour commencer, si on trouve un hérisson manifestement malade ou affaibli, le bon geste est de l’amener au centre de revalidation le plus proche.

À Bruxelles, la Ligue royale belge de protection des oiseaux s’occupe également de ces animaux.

Alain Paquet, spécialiste de la biodiversité chez Natagora, recommande de décloisonner les jardins dans la mesure du possible. Prévoir un ou deux trous assez larges permet aux hérissons de pouvoir facilement passer de jardin en jardin pour trouver nourriture et partenaire de reproduction.

Dans tous les cas, il faut à tout prix éviter de toucher des bébés hérissons à mains nues car cela conduirait leur mère à les abandonner et signerait ainsi leur arrêt de mort.

Un autre geste à éviter absolument est de leur donner du lait ou du pain. Ces deux aliments peuvent constituer un poison mortel pour cet animal.

Par contre, à l’arrivée des premiers froids, leur fournir un petit tas de branches ou une caisse retournée munie de trous d’accès peut faciliter leur hibernation.