Par thérapie génique, une équipe de chercheurs français est parvenue à leurrer le virus injecté chez la souris

PARIS Une nouvelle horizon est-elle en train de s'ouvrir dans la lutte contre le SIDA qui infecte des millions d'humains à travers le monde et en particulier sur le continent africain ? Des chercheurs français sont parvenus à introduire dans la souris deux gènes qui amènent à la sécrétion de deux faux récepteurs solubles du virus HIV. Rien compris? Explication: pour pénétrer dans une cellule du système immunitaire et la tuer, le virus HIV s'aggrippe à la cellule via des protéines insérées à la surface de la cellule et appelée récepteur CD4. Afin de leurrer le virus et le mener à la mort, les chercheurs ont donc fait produire (par thérapie génique) des imitations solubles du récepteur CD40: les virus s'accrochent à ces faux récepteurs et faute de pouvoir s'insérer dans une cellule, ils meurent.
On en est encore qu'au stade de la souris et rien n'affirme que la technique fonctionnera sur le singe puis sur l'homme. Cependant, dans tous les cas, la thérapie génique semble être toujours plus la voie à suivre pour un jour venir à bout de la maladie de fin du siècle.