Le Comité de concertation a pris la décision de maintenir les écoles fermées jusqu’au 16 novembre. Les cours devraient en principe reprendre à cette date, du moins pour les élèves du fondamental et du premier degré de secondaire.

Les professeurs devront toutefois être présents à l’école les 12 et 13 novembre pour assurer des garderies pour les enfants du personnel soignant ou de parents qui n’ont pas d’autre choix, a précisé le ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet.

Le 16 novembre, l’enseignement en présentiel devrait donc être à nouveau la règle, pour les élèves de maternelle, de primaire et du premier degré de secondaire. Pour les élèves les plus âgés, l’enseignent se fera sur un mode hybride : 50 % du temps à la maison, 50 % à l’école au moins jusqu’au 1er décembre. “Une évaluation aura lieu à ce moment-là pour voir si la mesure doit être prolongée”, a précisé Pierre-Yves Jeholet.

Selon la ministre de l’Éducation, Caroline Désir, “ces mesures correspondent bien à ce qui s’est dégagé de la réunion d’hier avec les acteurs de l’enseignement”.

“On allonge la période de reset nécessaire sur le plan sanitaire. C’est un bon équilibre qui préserve le droit à l’éducation tout en limitant de manière raisonnable la présence physique des élèves de secondaire”, a-t-elle précisé.

Une nouvelle rencontre entre la ministre et les acteurs de l’enseignement est prévue ce samedi à 10 heures afin de déterminer les modalités pratiques à mettre en œuvre les prochaines semaines. “Notre volonté est de pouvoir donner aux directions d’écoles, aux enseignants, aux élèves et à leurs parents des perspectives stables pour les prochaines semaines.”

Les acteurs de l’enseignement se sont montrés globalement favorables aux nouvelles mesures.

“C’est exactement ce qui avait été discuté. On n’est pas surpris par ce qui a été annoncé. Les enfants vont pouvoir continuer à l’école et c’est le plus important. Les autorités ont rappelé l’importance de l’école et c’était un message essentiel à faire passer”, se réjouit Véronique de Thier, de la Fapeo (Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel).

Même son de cloche du côté de la CSC-Enseignement. “L’enseignement en présentiel pour les élèves du premier degré de secondaire répond à la proposition faite à la ministre jeudi. Je suis satisfait de constater que les élèves du fondamental et les plus jeunes élèves de secondaire puissent continuer à aller à l’école après les vacances”, a déclaré Roland Lahaye, son président.