L'épidémiologiste de l'ULB, Marius Gilbert, a affirmé dans un tweet qu'il était " parfaitement possible, dès maintenant, d'organiser des événements culturels sûrs qui ne compromettent pas le déconfinement en cours ".

Une publication qui prolonge son intervention lors d'un rendez-vous #StillStandingForCulture aux Halles de Schaerbeek. Alors lui même assis dans une salle culturelle, il avait soutenu : " on est dans une configuration où le risque de transmission entre deux personnes est très très faible. Pour le secteur culturel, il est possible d'organiser des événements à très faible risque de transmission, voire où le risque est pratiquement écarté ". Cette prise de position fait écho à la  carte blanche qu'il a signée il y a un mois avec deux autres experts (Nathan Clumeck et Leila Belkhir) afin d'appeler les autorités à changer de stratégie dans la lutte contre le coronavirus et en particulier de mettre fin à l'arbitrage par secteurs.

Son confrère Yves Coppietters, épidémiologiste et professeur de santé publique à l'ULB, a renchérit sur le même réseau social : " Certains le disent déjà depuis plusieurs semaines ... Il est temps et plus que temps de rouvrir la culture ".