Cela signifie qu'en classe aussi, ils devront s'affubler d'une protection buccale dès lundi sauf dans l'enseignement secondaire artistique à horaire réduit (ESHAR) où une fois assis, les élèves pourront le retirer "étant entendu que les consignes d'aération" sont respectées, lit-on dans la circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les décisions prises vendredi par le Comité de concertation ont été détaillées dans une circulaire émanant de la ministre de l'Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Désir. "Les élèves doivent porter le masque à partir de la 1ère primaire à l'intérieur. Le masque peut être ôté pendant les repas et dans le cadre des cours d'éducation physique. Des moments de pause sont également prévus lorsque les élèves sont assis en classe, pour leur bien-être et le bon déroulement des apprentissages, étant entendu que les consignes d'aération doivent être strictement respectées", est-il écrit dans la circulaire pour l'enseignement fondamental. "Pour les élèves, l'obligation du port du masque peut être levée pour les personnes en situation de handicap, étant dans l'impossibilité de porter un masque ou si l'état médical de l'élève l'impose. Les parents qui entrent dans l'école doivent toujours porter le masque."

Pour l'ESHAR, le masque pourra être enlevé une fois assis, à la condition de respecter les consignes d'aération.

Le Codeco a d'ailleurs demandé de généraliser l'usage de détecteurs de CO2, et une enveloppe a été dégagée par la Fédération Wallonie-Bruxelles pour l'achat du matériel nécessaire, selon la circulaire. Leur installation sera prioritaire "dans les locaux qui accueillent des activités d'enseignement qui ne permettent pas toujours le port du masque".