Les vacances sont une nécessité pour 58% des travailleurs, afin de faire retomber la pression du travail et de la vie privée, et pour recharger les batteries. 

Un travailleur sur trois y part en effet dans un réel état d'épuisement. Pourtant, près d'un sur deux entretient encore des contacts avec le travail durant ses congés, un sur trois lit ses e-mails et/ou décroche avec difficulté de son travail, ressort-il mardi d'une enquête de Tempo-Team réalisée sur un échantillon représentatif de 400 travailleurs.

Deux travailleurs sur trois éprouvent une forte pression au travail et un sur trois déclare ne pas parvenir à se détendre totalement après sa journée de travail, ni même le week-end.

Pour la moitié des travailleurs sondés, les vacances sont indispensables afin de recharger les batteries. Un tiers des répondants en a besoin parce qu'ils sont épuisés d'une longue année de travail. Deux tiers réclament surtout des congés courts, le reste aspirant à des vacances plus longues.

Même en vacances, près de la moitié des gens gardent des contacts occasionnels avec le travail et un tiers lit régulièrement ses e-mails. Pour ne pas être dérangés, la moitié des salariés préfère partir sans GSM ni ordinateur. Mais le stress est toutefois grand au moment de reprendre le quotidien, parce que, dans trois quarts des cas, le travail s'est accumulé.

Près d'un travailleur sur deux affirme que de longues interruptions de carrière s'avèrent nécessaires pour pouvoir travailler plus longtemps. La majorité des répondants regrette ainsi que le crédit-temps pour ce genre d'interruption de travail ne soit plus encouragé ni soutenu par les autorités.