Test Santé ne prend pas position mais apporte un éclairage différent

BRUXELLES `Notre but n'est pas de prendre position dans ce débat de société. Par cette enquête réalisée au sein du consortium européen ConsEur, nous avons souhaité recueillir l'avis et les témoignages des gens concernés par l'euthanasie et les soins palliatifs. Nous pensons que les débats actuellement menés en Belgique, mais aussi dans les autres pays européens, sont trop académiques. Les opinions politiques et religieuses prennent le pas sur les vraies questions. De plus, les discussions tournent quasi exclusivement autour de l'euthanasie. Notre enquête a le mérite d'associer euthanasie et soins palliatifs car les deux sont liés.´

Guy Sermeus, responsable du département statistiques de ConsEur a dirigé cette vaste enquête publiée dans Test Santé. `Nous avons lancé nos premiers entretiens avec les médecins et les infirmières en avril 99. Lorsque nous avons envoyé les premiers questionnaires au corps médical, plusieurs associations ont demandé à leurs membres de boycotter cette enquête. Preuve que le sujet dérange encore.´

Quels enseignements tirer après lecture des résultats? `Notre enquête montre que les soins palliatifs apportent un réconfort moral et physique au patient et à ses proches. Nous plaidons pour que le gouvernement développe encore davantage cette approche. Mais nous souhaitons aussi qu'il y ait plus de coordination pour assurer ces soins palliatifs à domicile, éventuellement combinés à des brefs séjours en hôpital. Dans la majorité des cas, les patients en phase terminale d'une maladie incurable préfèrent en effet s'éteindre à domicile.´

`Pour l'euthanasie, les résultats sont clairs. Je ne me prononcerai pas sur la question. Je retiens cependant un chiffre: 30% des personnes qui ont assisté ou soigné un malade en phase terminale ont changé d'avis sur le sujet, en étant plus favorables pour une fin de vie plus digne.´

Test Santé n°40.



A lire, aussi, dans la DH-Les Sports du jeudi 30 novembre
- Des chiffres étonnants sur l'euthanasie active
- Des médecins peu préparés à la mort
- Dave a vécu le cas aux Pays-Bas