Sur l'ensemble des près de 600 étudiants interrogés, tous inscrits pour la première fois à l'Université Saint-Louis en 2019-2020, les plus nombreux à exprimer leur sentiment de décrochage sont ceux qui ne sont pas passés en deuxième année. Ils sont en effet 36,6% à le faire, contre 29% des étudiants qui sont, eux, passés dans le bloc supérieur.

Ce sont par contre les étudiants qui ont été admis en deuxième année qui sont les plus enclins à exprimer leur découragement: 61,8%, contre 46,4% de ceux restés en première ou qui se sont réorientés.

Bien qu'une majorité d'étudiants partageait l'impression d'avoir beaucoup de temps pour leurs études, 85% d'entre eux ont rencontré des difficultés psychologiques entre fin octobre et mi-décembre. Ils n'étaient encore "que" 79% dans ce cas en juin. Près de la moitié estime que ces obstacles ont lourdement entravé leur parcours.

La majorité des étudiants interrogés ont trouvé plus difficile la deuxième expérience d'enseignement à distance par rapport à celle de l'année académique précédente. Un constat lié à un sentiment d'isolement aggravé: il concernait 63,5% des répondants fin 2020, contre 51,4% six mois plus tôt.

Les étudiants semblent cependant avoir pu capitaliser sur leur expérience, relèvent les auteurs de l'étude. Ils étaient en effet moins nombreux à admettre avoir été désorganisés (39,8%, contre 47,9% en juin), mais aussi plus enclins à apprécier travailler leurs cours de façon autonome. Ils ont moins souvent dû revoir leurs méthodes (52,7% en juin 2020, contre 43,1% aujourd'hui). Près de la moitié, soit 46,4%, s'estiment plus productifs, contre 40,9% lors de leur première expérience de l'enseignement à distance.