Société

En 58, Claude De Clercq invente le parking à Bruxelles. Interparking réalise 250 millions de chiffre d'affaires par an !

BRUXELLES Bruxelles, Venise, Berlin, Barcelone, Madrid, Vienne...

En 50 ans, Interparking en a fait du chemin puisque, aujourd'hui, 471 parkings font partie de cette société... créée par un Belge, Claude De Clercq. Un véritable visionnaire qui a compris que la voiture allait lui permettre d'accéder à la fortune.

Âgé aujourd'hui de 84 ans, c'est lui qui a créé le premier parking belge, le parking 58, situé rue de l'Évêque, en plein coeur de Bruxelles.

Pour la première fois, en 50 ans, Claude De Clercq, qui a cédé le flambeau à son fils Yves, qui vient lui-même de le transmettre à Roland Cracoo, a accepté de raconter son épopée. "D'habitude, nous préférons rester discrets sur notre société", nous explique Claude...

Une fantastique réussite puisque, l'an dernier, la société a engendré plus de 250 millions d'euros de chiffre d'affaires. Pour les nostalgiques, cela représente 10 milliards de francs belges.

Avant de commencer à nous raconter comment il a eu cette idée, de génie, Claude De Clercq tient à préciser que c'est la ténacité et le travail acharné qui ont permis cette réussite professionnelle. "Les samedis, les dimanches, les soirées, je n'ai jamais compté mes heures."

Et ce n'est pas Yves, son fils et son successeur, qui pourra démentir. "Il travaillait tout le temps !"

C'est après un séjour de quelques mois à New York, en 1949, que Claude a eu l'idée de construire un parking à Bruxelles. "J'étais ahuri d'y voir le nombre de voitures et les difficultés de trouver une place." En 1958, le premier parking bruxellois a été adjugé à une société anversoise. "Elle s'est désistée. VDB en a parlé à Monsieur Blaton qui a évoqué le sujet avec moi. Et voilà comment j'ai décidé de construire le parking 58 avec les Blaton."

Claude et son frère jumeau étaient chargés d'en assurer l'exploitation. Et d'où vient le nom Parking 58 ? "Il a été créé en 1957. On s'est dit qu'on ne pouvait pas l'appeler du nom de la rue où il se trouvait. Et comme il était prévu pour l'Expo 58..."

Des années de vaches maigres !

Avec ce lieu unique de 450 places situé en plein coeur de Bruxelles, Claude s'attendait à faire un carton. "Ce fut un fiasco. Un véritable désastre. Une horrible déception. J'imaginais que les étrangers qui venaient pour l'Exposition universelle, qui se déroulait à l'Atomium, allaient se rendre dans le centre-ville." Eh non... "Ils allaient à Paris, Anvers, là où on s'amusait, bien plus qu'à Bruxelles."

Mais Claude s'est acharné. "On s'est battus. On y a cru."

Des années plus tard, la sauce a pris. "Pendant 10 ans, on n'a quasiment pas eu de clients. Les temps étaient durs, nous ne nous sommes pas payés. Les caisses étaient vides. Je ne me plains pas car depuis lors..."

Les caisses se sont bien remplies ! Le parking 58 a fait des petits à Bruxelles, Gand, Knokke, Liège, Anvers...

L'Albertine fut construit deux ans plus tard. "Vide aussi, j'ai dû louer un étage à VW qui y plaçait son stock de voitures !"

Les parkings du Passage 44, de la Grand-Place, du City 2,... C'est lui aussi. Rien qu'à Bruxelles, il y a 22 parkings, ce qui représente 13.589 places.

Et Zaventem ? C'est lui aussi ! Un véritable bijou technologique, tout neuf, de 11.742 places.



© La Dernière Heure 2007