Société

L'histoire ne date pas d'hier. Elle a été publiée en 1988 dans le British Journal of Obstetrics and Gynaecology et relayée par le magazine français Sciences et Avenir.  Née sans vagin, une jeune fille du Lesotho, en Afrique, est pourtant bien tombée enceinte.

Mais si l'histoire semble surnaturelle, il n'en est rien et une explication scientifique vient éclairer tout ça. Revenons-en tout d'abord aux ébats de la jeune fille de 15 ans. Voyant que les relations sexuelles par voie vaginale n'étaient que déception, elle s'est adonné à un autre plaisir charnel. C'est après une relation par voie orale qu'elle est donc tombée enceinte.

Elle venait en effet de pratiquer une fellation à son nouveau copain lorsque son ancien petit-ami a découvert la scène. Furieux, une bagarre s'est alors déclenchée et la Lesothane a été touchée au ventre. Une blessure qui a son importance car c'est ce qui explique la grossesse malgré l'absence de vagin, dont elle était évidemment au courant.

Le sperme présent dans l'estomac touché par le couteau est passé dans la cavité abdominale et ensuite dans l'un des deux ovaires.

Le fait que la jeune fille ait pratiqué une gâterie à son chéri quelques minutes avant le coup a permis aux spermatozoïdes de survivre dans un environnement souvent envahi par un pH faible. La salive, au pH élevé, et un estomac vide ont en effet permis le développement de ces petites cellules reproductrices.

Il est également probable que la jeune femme soit tombée enceinte après sa première ovulation. Car dans le sens inverse, le sang des règles aurait alors joué les trouble-fête et aurait empêcher la fécondation. 

278 jours après son hospitalisation pour l'incident à l'arme blanche, la Lesothane de 15 ans accouchait donc d'un petit garçon de 2,8 kg.