L’opération de séparation s’est achevée mardi à l’aube

LONDRES Une des petites siamoises de trois mois Mary est morte lors de l'opération de séparation entreprise par les chirurgiens de l'hôpital St Mary de Manchester. L'autre, Jodie, est dans un état critique mais stable, a annoncé un porte-parole médical à l'issue de l'opération de vingt heures qui s'est prolongée jusque mardi à l'aube.

Les parents, des catholiques venus de Malte consulter des médecins britanniques, ont tenté en vain de s'opposer devant la justice à ce que soit tentée une opération à laquelle ils étaient hostiles pour des régions religieuses.
L'équipe opératoire forte d'une vingtaine de personnes a décidé de tenter de sauver Jodie en sacrifiant Mary. "Comme dans toute opération importante, les premiers jours après une opération sont les plus critiques et nos pensées vont à Jodie et à ses parents", a dit une porte-parole de l'hôpital.

Les deux soeurs sont nées le 8 août, soudées par l ’abdomen et par la colonne vertébrale. Elles se partageaient le même c œ ur et les mêmes poumons. L'hôpital n'a pas donné de précisions sur l'état de Jodie, mais l'opération a duré plusieurs heures de plus que prévu. Il n'a pas dit non plus à quel moment Mary, la plus faible des deux s œ urs, était décédée.
Les médecins ont expliqué avant l'opération que Mary dépendait entièrement du sang de Jodie et qu'elle épuiserait sa s œ ur jusqu'à ce que mort s'en suive si elles n'étaient pas séparées. On compte un cas de siamois sur 50.000 à 100.000 naissances. Il intervient lorsqu'un ovule fécondé ne se divise pas complètement pour former des foetus séparés . A leur naissance, le 8 août dernier, les deux petites filles pesaient un total de 6,5 kg. Selon le chroniqueur médical, Jodie criait et respirait normalement, mais pas sa s œ ur.