"On s’est toujours arrangé pour la garde des enfants. Auparavant, je me rendais plus souvent en Belgique. Depuis qu’ils sont plus grands et voyagent seuls, ils prennent l’avion pour me rendre visite plus régulièrement en Suisse. Mais le Covid a tout compliqué, nous indique ce papa de deux enfants, une fille de 13 ans et un garçon de 15 ans. Entre mars et les grandes vacances, avec les frontières fermées, je ne les ai pas vus. Durant les grandes vacances, on a dû se débrouiller pour trouver un endroit où se voir selon les ouvertures et fermetures, qui changeaient régulièrement. On est allé aux Pays-Bas et en Allemagne, car c’étaient les seuls endroits où on était certain de pouvoir aller et revenir après. Après les vacances, ils ont dû faire une semaine de quarantaine de retour en Belgique… Cet automne, je suis venu les voir. ll n’y avait pas de quarantaine obligatoire quand je suis revenu. Là, ils sont à nouveau en quarantaine cette semaine, car ils sont venus en Suisse pour les fêtes. Ce n’était pas prévu mais la règle a changé durant les vacances. Ma fille va rater une semaine d’école, mon fils, lui, va rater 10 jours car il est en présentiel une semaine sur deux. Le Covid limite nos contacts. Avant, ils venaient pour des week-ends prolongés : on skiait et profitait de la montagne. Là, c’est plus compliqué, alors qu’ils ont l’habitude de venir régulièrement. On risque de ne pas se voir avant les vacances de Pâques…" 

Ce papa estime que les cas comme le sien ne sont pas pris en compte. Il n’envisage toutefois pas d’enfreindre les règles. "Je m’y suis tenu. Mais mes enfants sont encore jeunes et ont besoin qu’on se voit régulièrement. Je souhaite des exceptions à la quarantaine pour les visites d’enfants. Rien de concret n’a encore été fait pour nous. En Suisse, les règles sont mieux définies. Les autorités peuvent délivrer des exceptions aux quarantaines dans des cas comme le mien. Pour trouver la personne responsable de la question des quarantaines en Hainaut, j’ai mis 10 jours…"