Lors de la présentation de la déclaration de politique régionale du nouveau gouvernement wallon, la thématique de la sécurité routière n’avait été évoquée que sur deux lignes sur un total de 122 pages. "Mais deux lignes très importantes", réagissait alors la nouvelle ministre en charge de la compétence, Valérie De Bue. L’objectif du gouvernement wallon était de faire diminuer le nombre de décès annuels sur les routes du sud du pays à 100 d’ici 2030 et à zéro d’ici 2050. Pour y arriver, la libérale avait d’emblée confirmé le projet ambitieux lancé par son prédécesseur Carlo Di Antonio (CDH), visant à l’installation de 167 nouveaux radars fixes et tronçons.

Aujourd’hui, la ministre, en collaboration avec l’Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR) lance une vaste consultation citoyenne à destination des usagers de la route. Automobilistes et routiers comme cyclistes ou piétons. Une première en Wallonie ! "Jusqu’au 2 octobre prochain, chaque citoyen aura en effet la possibilité de partager son avis sur des thématiques de la sécurité routière au travers d’un grand questionnaire, confirme le cabinet De Bue. C’est la toute première fois qu’un ministre wallon en charge de cette matière initie une telle consultation citoyenne."

Au total, les citoyens seront invités, sur base volontaire, à répondre à une trentaine de questions en matière de sécurité routière, sur des thématiques allant du port obligatoire du casque à vélo pour tous à la tolérance zéro en matière d’alcool au volant en passant par la mise en place d’un contrôle technique régulier - comme pour les voitures - pour les motos.

"La sécurité routière est l’affaire de tous, précise Valérie De Bue. Chacun a un rôle à jouer pour que le partage de la route puisse s’effectuer en toute sécurité. Avec cette consultation, tous les types d’usagers pourront s’exprimer, partager leur expérience et proposer des solutions pour améliorer leur propre sécurité et celle des autres."

Dans le même temps, l’AWSR mobilisera ses équipes pour rencontrer dès mercredi des citoyens, entendre leurs avis et recommandations, et ce, dans une douzaine de villes wallonnes comme Liège, Tournai, Mons, Nivelles ou Arlon. " Le comportement de chacun joue un rôle clé dans la sécurité routière, indique Françoise Guillaume, administratrice déléguée de l’AWSR. C’est en allant au plus proche de l’usager de la route que l’on pourra mieux cerner sa sensibilité à l’enjeu de sécurité routière, et surtout, recueillir ses avis et propositions pour un partage de la route plus sûr en Wallonie."

Les résultats de ces enquêtes devraient déboucher sur des recommandations, présentées lors des prochains états généraux de la sécurité routière, en décembre. Elles pourraient ensuite déboucher sur des actions, avec la difficulté que certaines compétences sont fédérales. Notamment en matière de consommation d’alcool au volant.

Où trouver l’enquête : www.awsr.be/consultation-citoyenne