La multiplication de l’offre en matière de vélos électriques n’est pas non plus étrangère au phénomène : aujourd’hui, plus d’un vélo vendu sur le marché dispose d’une assistance électrique. Des bicyclettes qui peuvent atteindre des vitesses plus importantes pour un effort moindre et qui nécessitent des protections renforcées. S’il n’est pas obligatoire, le casque en fait assurément partie. S’il ne permettra pas d’éviter la casse lors d’une chute violente, il permet d’en limiter l’ampleur. Et de sauver des vies : dans plus de 40 % des accidents, des blessures sont relevées au niveau de la tête.

L’association Touring s’est récemment attelée à comparer toute une série de casques mainstream vendus dans les plus grandes enseignes et magasins spécialisés, pour faire un classement des meilleures protections crâniennes. “Lorsque le cycliste roule casqué, le risque de blessure grave à la tête diminue de 60 %, confie l’association. Et 37 % des victimes d’un accident mortel qui ne portaient pas de casque auraient pu survivre si elles avaient fait le bon choix.”

S’il existe des dizaines de marques et des centaines de modèles différents, Touring en a testé quatorze. Avec un premier constat : “Pour une visibilité optimale, le casque sera équipé d’un éclairage LED actif. Du côté de la sécurité passive, choisissez un modèle avec des éléments réfléchissants sur toute la coque et sur la jugulaire. Un casque de couleur claire (par exemple blanc ou jaune) se voit mieux, de jour comme de nuit.”

Autre constat : “après une chute, le casque doit être remplacé, même s’il paraît intact. Il peut en effet présenter des dégâts invisibles de nature à réduire ou à anéantir sa capacité d’absorption des chocs.”

Pour son test, réalisé avec son pendant allemand de l’Adac, Touring a acheté 13 exemplaires avant de les soumettre à différents laboratoires d’essais. Au niveau sécurité, chaque casque a subi un ensemble de tests. D’abord une chute classique : le casque tombe verticalement à la vitesse de 5,42 mètres par seconde. Soit 19,5 km/h. Ensuite une chute dans laquelle le casque tombe au sol suivant un angle de 45° à la vitesse de 6 m/s (21,6 km/h). Le confort et la résistance des matériaux ont ensuite été testés.

© Uvex

Au final, huit casques s’en sortent avec l’appréciation “Bon” et six avec un score “suffisant”. Aucun n’a donc été recalé. En tête du classement, on retrouve le casque Uvex city i-vo Mips, vendu à 120 €. “Ce casque vélo Uvex fait mieux que tous les autres modèles essayés en ce qui concerne le score total, confie Touring. D’un poids de 297 gr, doté de la technologie MIPS, le casque est confortable, facile à régler et bien ventilé. À une exception près, il obtient aussi le meilleur résultat en termes de protection contre les accidents. Seul bémol, la jugulaire, qui ne reste pas bien en place. Dans certains cas, cela peut entraîner le casque vers l’arrière. L’éclairage LED contribue au confort de même que les réflecteurs sur la coque et les sangles.”

Le podium est complété par l’Alpina Haga Led (160 €) puis par le Nutcase Vio Commute Mips Led (160 €). En queue de classement, on retrouve par contre un best-seller de Décathlon : le B’Twin City 500 Bowl, notamment plébiscité pour son design élégant. “À une exception près, c’est le casque le plus lourd que nous ayons testé (458 grammes), précise Touring. Ajoutons-y la profondeur de la forme et nous avons un confort défaillant. Sur le plan de la protection contre les accidents, la note est juste suffisante, même si la solidité de la jugulaire et la protection contre la perte sont d’un bon niveau.”

© B'Twin

Voici le classement complet par Touring

1. Uvex city i-vo MIPS

2. Alpina Haga LED

3. Nutcase Vio Commute MIPS LED

4. Specialized Align II

5. Bell Trace MIPS

6. Casco Cuda2

7. Cratoni – Velo X

8. Fischer Urban Plus

9. Lazer Compact DLX

10. Scott IL Doppio Plus MIPS

11. Abus Urban-I 3.0 MIPS

12. Giro Register MIPS/Vasona MIPS

13. POC Omne Air Spin

14. B’Twin City 500 Bowl