Dans jeux de société, il y a… société. Mais certains peuvent se jouer seul. Et par les temps qui courent, c’est précieux. Combattre la pandémie : un jeu on ne peut plus d’actualité.

Se battre ensemble contre la pandémie

Non, ce n’est pas un jeu créé à la va-vite et opportuniste : la première boîte de Pandemic est sortie dans les magasins en 2008 ! Mais la situation actuelle vaut que l’on se repenche sur ce jeu collaboratif, dans lequel tous les joueurs sont amenés à se battre ensemble contre une pandémie. Ici, il s’agit de se battre - et de faire vite - contre quatre maladies mortelles. Avec votre équipe, il vous faudra faire le tour du monde pour entraver la propagation des maladies et développer les ressources nécessaires pour découvrir des remèdes. L’essentiel, le mot d’ordre ? Coopérer (c’est exactement ce que l’on vous demande de faire ces temps-ci) et tirer profit de vos forces individuelles afin de contenir les maladies avant qu’elles n’affectent le monde entier. Dans cette boîte (et ses extensions, dont la dernière est sortie fin 2019 et se déroule dans un avion), de multiples rôles à endosser (comme le suggère le couvercle) que vous vous répartissez selon vos compétences (ou celles que vous vous présumez). Médecin, chercheur, expert aux opérations…

On a testé. Ou plutôt, on avait testé, voici plusieurs mois. La mise en place et les règles à expliquer aux plus jeunes peuvent paraître longues, mais une fois en place, on se prend à vouloir y arriver. Et aujourd’hui plus que jamais…

Pandemic (Z-man Games), 8 ans et +, 2 à 4 joueurs, 45 minutes, entre 35 et 40 €

Des dominos en plus rigolo

Des dominos en plus rigolo, en plus coloré mais aussi en un peu plus compliqué puisqu’ici, il ne s’agit pas de faire correspondre une case (un chiffre, dans les dominos) mais bien deux couleurs à chaque fois que l’on pose l’une de ses plaquettes. Pour démarrer, on en pioche huit (et on peut jouer seul…) et c’est parti. À chaque tour, on tente de poser l’un de ses Chromino. Si ce n’est pas possible, on repioche. Le premier qui s’est débarrassé de tous ses Chromino a gagné.

On a testé. Les règles sont simples mais n’hésitez pas à les lire avant de vous lancer, sous peine de querelles autour de la table. À ce propos, prévoyez un grand espace de jeu car la forme que prendra votre “toile” de Chromino est imprévisible et a parfois besoin de beaucoup s’étaler. Pour le reste, entre le mélange de chance et d’un peu de stratégie, ce jeu nous rappelle aussi les parties de… dominos que nous disputions avec nos grands-parents. Bref, on s’offre une bouffée de nostalgie en plus.

Chromino (Asmodee), 6 ans et +, 1 à 8 joueurs, 30 minutes, 25€

Patience et méthode

Voilà un jeu très, très, très simple mais qui a des vertus insoupçonnées sur les enfants… et les parents. Promis, on a testé ! Bon, au bout d’un temps, quand on bloque systématiquement au même niveau, c’est un peu énervant mais comme c’est aussi très addictif, on y retourne, encore et encore. Oui mais à quoi ? Mais au Perplexus original, évidemment. Soit une sphère, sertie d’une sorte de boudin de caoutchouc, qui permet une meilleure manipulation. À l’intérieur, un entrelacs compliqué de petite “routes” en plastique au long desquelles il faut faire rouler une bille, du départ (case 1) à l’arrivée (case 100). Entre les deux, de multiples pièges et des difficultés qui vont croissant.

On a testé. Ce qui est vraiment formidable, c’est que l’on peut y jouer à l’instant même où on ouvre la boîte. Et qu’on peut y passer des heures, si l’on est patient et méthodique. Le fait que tout soit enfermé dans une sphère maximise les “routes” puisque, en fonction de la position de la boule, un chemin peut servir plusieurs fois. On adore !

Perplexus original (Asmodee), 6 ans et +, 1 joueur, 30 minutes, environ 25€