Le chélonien géant échoué à Ostende n'a pas survécu aux coups reçus en mer du Nord

LIÈGE La tortue, échouée mardi sur une plage d'Ostende, est arrivée gisante sur le dos, la tête renversée en arrière. Pour émouvante quelle soit, l'arrivée du spécimen était surtout exceptionnelle, vendredi à la faculté de médecine vétérinaire de Liège.

`Nous avons l'habitude de voir ici des dauphins, parfois des cachalots et des phoques, plus que des tortues luth´, précise le professeur Coignoul du service de pathologie générale, qui travaille depuis 20 ans sur la recherche de mortalité des oiseaux et mammifères marins dans le cadre du programme Marin.

Par ailleurs, ces tortues s'aventurent rarement en mer du Nord où les eaux ne sont pas assez profondes pour elles.

Différents hématomes

De nombreux étudiants `curieux de voir la bête´ étaient réunis, vendredi, dans la grande salle d'autopsie de la faculté. Ils touchent la peau du cou `à l'aspect de papier froissé", e penchent pour voir sa gueule ouverte sur de longues papilles, s'y prennent à plusieurs pour tenir une nageoire. L'animal pèse tout de même 380 kg. Ils prêtent main forte à Thierry Jauniaux qui réalise l'autopsie.

Au terme de quatre heures d'examen, l'assistant du professeur Coignoul annonce son verdict: `Nous avons relevé différents hématomes résultant probablement d'une collision avec un bateau. Cela a causé un traumatisme qui est la cause de la mort´.

C'est là cause de décès la plus fréquente chez les tortues de mer. Cette espèce se nourrit de méduses et remonte à la surface pour respirer et se heurter aux hélices ou à la coque des bateaux.

La tortue luth du Noël 2000 est la troisième à s'échouer sur les plages belges `On en a déjà découvert une en 1998. Elle était coupée en deux, par une hélice probablement´, précise Jan Haelters de l'Unité de gestion du modèle mathématique en mer du Nord. Sur la façade atlantique française, les échouages sont plus fréquents, s'élevant à 5 à 7 par an.

C'était un mâle de 2 mètres de long et 1,3 mètre de large. Un de moins de cette espèce menacées dont la population est estimée à 100.000 individus. La tortue Luth se reproduit sur les côtés des mers chaudes (Antilles, Floride, Amérique du sud, Madagascar, Sénégal) où leurs oeufs sont détruits ou récoltés pour être mangés.