Une marche à travers la Wallonie et Bruxelles a permis de rassembler plus de 1 500 citoyens et des centaines d’acteurs d’associations de terrain œuvrant pour la santé mentale. L’idée est venue de deux psychologues et professeurs de l’UCLouvain, Pierre Maurage et Nicolas Pinon. Le premier est marcheur invétéré, le deuxième est un communicateur enthousiaste et tous les deux sont passionnés par ce qu’ils font et soucieux d’apporter du soulagement en cette période compliquée. Ils ont réussi à soulever l’intérêt de 6 universités et écoles et de dizaines d’associations et entreprises.

Résultat : une bouffée d’air frais pour les esprits, beaucoup de questions posées, d’échanges qui font du bien et l’occasion de mieux comprendre qu’on a “tous été touchés par cette période et que l’on est toutes des personnes en potentielle recherche de soutien, d’aide et d’écoute”, explique Pierre Maurage.

Ce qui est d’ailleurs ressorti le plus de ces 50 km au quotidien, c’est la satisfaction à interagir ensemble : “Beaucoup nous ont dit qu’ils avaient marché pendant les confinements mais que le faire en compagnie, pour parler, se raconter, échanger, était inestimable.”

Animations, conférences, concerts : tout était bon pour faire parler et découvrir la richesse du tissu professionnel en ce qui concerne la santé mentale.

Une occasion aussi de mettre en lumière le travail de milliers de professionnels de terrain travaillant dans le domaine du soutien à l’humain, dans toutes ses formes. “Cette marche était une façon homéopathique de tenter de les remercier pour tout ce qu’ils ont accompli chaque jour”, a expliqué Nicolas Pinon.

Mille kilomètres qui auront été un bon moteur : “L’enthousiasme soulevé était tel qu’on va en reparler avec eux en septembre et, pourquoi pas, pérenniser ce mouvement”, se réjouit Pierre Maurage, qui va ranger ses chaussures de marche pour quelque temps après avoir fait les 1 000 km sous le soleil comme sous la pluie !