Jonathan Collin, anthropologue, explique pourquoi nos jeunes utilisent ce langage.

Les drarés, trop skerk ! Hier, j’étais censé aller graille avec une go que j’ai rencontrée en ksaar. Je lui ai dit que j’allais venir la chercher en droums sauf que mon daron l’a prise pour aller au taf. J’ai eu grave le seum ! Du coup je suis resté à la D, c’est mzi."

Compliqué à déchiffrer ? Voici le Dictionnaire des Jeunes, édition 2019.

C’est pourtant aujourd’hui le langage courant qui est notamment utilisé par une grande majorité de ceux-ci.

Chaque mot peut avoir une ou plusieurs significations. Tout dépend de la sous-culture et du groupe que l’on fréquente.

Pour Loïc, jeune de 18 ans, "C’est devenu normal de parler comme ça. On se comprend entre nous, c’est le principal."

Jonathan Collin, anthropologue de l’institut Parnasse-Isei, nous explique que ce langage est lié aux différentes sous-cultures (par exemple celle du hip-hop) et à la multiculturalité de notre pays. Si l’on mélange le tout, on obtient le nouveau langage des jeunes.

Capables de s’adapter

Il ajoute que : "Les jeunes vont utiliser ce langage car ils vont essayer de se démarquer de leurs parents et des générations passées. Car à chaque génération, un nouveau langage apparaît."

Jonathan justifie : "Il n’y a plus cette idée de reproduction sociale, c’est-à-dire que les enfants ne font plus ce que les parents avaient fait."

Néanmoins, les jeunes seront capables d’utiliser un langage attendu selon les milieux sociaux dans lesquels ils évoluent. Mais ce n’est qu’en grandissant qu’ils vont apprendre, petit à petit, à parler selon les contextes.