Un mécanisme d’urgence a été imaginé afin d’accélérer les démarches dans les écoles qui en ont besoin.

Mercredi, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a voté en première lecture le projet du vice-président du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Frédéric Daerden, d’octroyer une enveloppe de dix millions d’euros pour rénover les toilettes des écoles.

Une mesure essentielle pour lutter contre la propagation du coronavirus mais pas uniquement.

"En l’absence d’antidote et de vaccin pour se prémunir contre le virus du Covid-19, il convient de mettre en place une série de dispositifs de prévention. C’est notamment le cas dans les écoles où l’état des sanitaires joue un rôle important dans le bien-être scolaire. Il y a une réelle demande de la part des écoles et la question des toilettes dépasse le contexte actuel. Il est urgent de s’attaquer à l’état des sanitaires pour assurer une rentrée dans les meilleures conditions possible en septembre prochain", explique Frédéric Daerden.

Concrètement, un mécanisme d’extrême urgence Covid-19 est intégré dans le programme prioritaire de travaux en matière de bâtiments scolaires.

Dans le cadre du fonds d’urgence, une enveloppe supplémentaire de 10 millions d’euros est dégagée sur deux années (2020-2021).

Les subventions couvriront 80 % du montant de l’investissement pour tous les niveaux et types d’enseignement organisés ou subventionnés par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Toutes les écoles, quel que soit le réseau auquel elles appartiennent, pourront donc bénéficier de cette aide.

"J’ai consulté les différents pouvoirs organisateurs. Ils ont tous manifesté un grand intérêt. Ma volonté est de proposer une procédure simplifiée et accélérée aux écoles qui en ont besoin afin de ne pas perdre de temps et de pouvoir être prêts d’ici septembre", précise Frédéric Daerden.