Plus de quatre millions de véhicules ont été contrôlés en 2000

BRUXELLES Le Goca, le groupement qui rassemble les 72 centres d’inspection automobile agréés du pays vient de dévoiler ses statistiques pour l’année 2000. Par rapport à 1999, il y a très peu d’évolution. Analyse…

Voitures. Le taux de réussite, lors de la première visite dans un contrôle technique est de 75 %, soit le même résultat qu’en 1999 et 3 % de moins qu’en 1996. Autrement dit, une voiture sur quatre (25 %) âgée de quatre ans ou plus ou qui a été accidentée, ne satisfait pas aux normes autorisées lors de son passage dans un centre agréé.
Les camions. En 1999, 36 % des camions étaient recalés lors de leur première visite. En 2000, 32 % des camions ont reçu une carte rouge, obligeant leur propriétaire à se représenter au contrôle technique après réparations.

Les bus. 20 % des bus qui se sont présentés au contrôle technique en 2000 ont été obligés de passer une seconde visite. C’est moins qu’en 1999 où il y avait eu 36 % d’échecs.

Le top des défectuosités. Au fil des années, le hit-parade des défectuosités constatées n’évolue guère. Selon l’état des véhicules (et l’humeur des inspecteurs), un véhicule présentant des défectuosités peut recevoir une carte verte ou rouge. Sur un véhicule sur trois, on constate des problèmes au niveau du châssis et de la carrosserie. Une voiture sur quatre révèle des lacunes au niveau des feux ou de la signalisation. Des défectuosités à la direction et la suspension sont relevées en moyenne lors d’un contrôle sur cinq (22,6 % des cas). Les freins ne présentent un problème que dans 11,8 % des cas.

Permis de conduire. Le Goca est aussi responsable pour l’obtention du permis de conduire. L’examen théorique a été raté par près d’un candidat conducteur sur deux (47 % d’échecs pour l’obtention du permis B). Pour l’année 1999, plus de 45 % d’échecs avaient en effet été constatés à ce stade de l’épreuve.

L’examen pratique se déroule en deux épreuves : la première, baptisée les manœuvres, se déroule en terrain privé. La seconde s’effectue sur la voie publique. En 2000, 73 % des candidats ont réussi les manœuvres, soit le même pourcentage qu’en 1999. Pour l’épreuve pratique, le taux de réussite est de 62 %, ce qui signifie quasi quatre échecs sur dix.