À Oxford (Royaume-Uni), on ne retrouve pas qu’une université célèbre. Depuis peu, un génial agriculteur est parvenu à construire une habitation, coquette de surcroît, pour la ridicule somme de… 150 livres !

Et encore, sans des erreurs de calcul, le coût eût été nul. "Une erreur de calcul dans la quantité de paille conservée dans mon exploitation; il a donc fallu en acheter…"

Par cette réalisation , Michael Buck, puisque c’est lui qui a conçu cette prouesse, démontre qu’il ne faut pas nécessairement se mettre sur la paille pour acquérir un bien. Bon, c’est vrai, la maison n’a pas d’électricité et les commodités sont sommaires.

Mais quand on prend la peine de s’intéresser à la construction de cet agriculteur de 59 ans, on s’aperçoit que l’ingéniosité n’a pas manqué. Mieux même, avec un zeste de débrouillardise, tout est possible.

Possédant un terrain agréable et boisé, idéalement situé, l’homme a eu besoin de huit mois pour construire, jour après jour, sans outil, à mains nues, l’ouvrage. Les murs sont réalisés à l’aide d’un mélange de sable, d’argile, de paille et de bouse de vache. Le tout a été fixé à la structure de toit en bois et recouvert de paille.

Le sol ? Pas de carrelage, c’est vrai, mais des tables récupérées dans un bien abandonné alors que les fenêtres sont issues de la récupération : pare-brise de camion !

Les pièces de vie regorgent de matériaux aussi insolites que reconvertis astucieusement dans leur nouvelle vie.

Si l’électricité fait défaut, il n’en est rien du chauffage, un poêle à bois. L’eau courante a été rendue possible via un pipeline relié à une source naturelle toute proche et pour garder ses aliments au frais, une fosse a été réalisée, apportant entière satisfaction à l’heureux propriétaire du bien.

Généreux, l’agriculteur a loué son travail à un autre agriculteur pour un demi-litre de lait frais !