Les 1 207 libraires et autres points de vente pris en faute ont reçu en moyenne 237 € d’amende.

La vente de billets de loterie ou autres jeux à gratter à des mineurs est strictement interdite. La pratique continue cependant d’être répandue dans certaines librairies et autres points de vente belges (stations essence etc). Pour contrer ce phénomène, la Loterie nationale applique elle-même des contrôles, via des clients mystères. En pratique, de faux clients, âgés de moins de 18 ans, se rendent dans le réseau de 7 000 points de vente et demandent à acheter des billets à gratter.

Selon David Clarinval, ministre fédéral en charge de la Loterie nationale, des infractions ont été constatées chez 15,8 % des libraires et points de ventes contrôlés. En effet, chaque année, quelque 1 600 contrôles sont effectués. Sur la période 2015-2019, 8 003 contrôles ont été réalisés, dont 1 601 en 2019. Ils ont mené à 1 207 constatations d’infractions, dont 281 en 2019 : 387 infractions sur 2.766 contrôles en Région flamande (14 %), 481 infractions sur 2 721 contrôles en région bruxelloise (17,6 %) et 339 infractions sur 2 516 contrôles en région wallonne (13,4 %).

Par contre, aucun chiffre n’est conservé sur l’âge des clients mystères. Que faire en cas de doute ? Si un joueur ne souhaite pas prouver son âge, aucun produit de loterie ne peut être vendu.

"J’ai déjà été contrôlé à trois reprises. À chaque fois, il était manifeste que les clients avaient moins de 18 ans. Quand il y a un doute, je pose la question et la plupart montrent spontanément leur carte d’identité. Sinon, je refuse de vendre. Cela se produit souvent après les fêtes quand les jeunes reçoivent des billets à gratter en cadeau. Parfois ils reviennent avec leurs parents pour me l’expliquer ", nous explique le gérant de la librairie Huart à Mont-sur-Marchienne (Charleroi). " Après, quand vous avez une file de 20 personnes face à vous, il faut être attentif. Lors d’un des trois contrôles, j’avais dans un premier temps donné le billet avant de me reprendre. Certains libraires ont peut-être tenté par le passé d’aller outre l’interdiction pour des raisons financières. Mais, au vu du montant des amendes, il y en a de moins en moins ! Je fais 20 000 € de chiffrs d’affaires sur les billets de loterie, donc cela me ferait une amende de 2 000 ."

En effet, le montant de l’amende s’élève à 10 % du chiffre d’affaires loterie sur une semaine en cas d’infraction. Le montant de l’amende augmente de 10 % à la seconde infraction, et ainsi de suite.

Entre 2015 et 2019, le montant total des sanctions financières a été de 286 73 3 € . Ramené au nombre d’infractions (1 207), cela signifie une moyenne de 237 € d’amende par librairie sanctionnée. " Selon des données qui nous ont été fournies par la Loterie, ce sont souvent des nouveaux points de vente qui sont contrôlés en infraction, avec un chiffre d’affaires faible, d’où la relative faiblesse des sanctions appliquées. Toujours selon la Loterie, les cas de récidive seraient rares ", conclut le cabinet du ministre Clarinval. J usqu’à présent, selon le ministre, la Loterie nationale n’a jamais dû retirer les droits de vente à une librairie .