Société La Loterie nationale ne reconnaît qu’un gagnant : le titulaire du billet.

Ce vendredi 13, les amateurs des jeux de la Loterie nationale seront comblés. Pour commencer, la Loterie dévoilera deux tout nouveaux jeux de la famille Cash qui seront disponibles pendant un an. Il s’agit du Cash 13 qui permet de remporter jusqu’à 700 000 euros et du Cash 7, qui permet de remporter jusqu’à 300 000 euros pour un coût d’achat de respectivement 13 et 7 euros. Deux chiffres que de nombreux joueurs perçoivent comme des numéros fétiches.

Par ailleurs, toujours le vendredi 13 septembre aura lieu un tirage spécial du Lotto. Il s’agit d’un Lotto extra de 2,5 millions.

Mais le plus gros événement de ce vendredi, c’est l’immense cagnotte de 162 millions d’euros qui sera en jeu à l’Euromillions.

Pour rappel, la somme maximale qui peut être gagnée à ce jeu est de 190 millions. À cette occasion, de nombreux joueurs auront peut-être participé à une cagnotte au travail, en famille entre amis ou encore avec les clients de leur libraire de quartier pour maximiser leurs chances de gagner. Mais ce n’est pas forcément une bonne idée, à moins d’avoir une confiance aveugle dans la personne qui est responsable du billet.

Si le numéro gagnant est celui qu’affiche le billet qui a été acheté collectivement, sachez que c’est le titulaire du billet, c’est-à-dire la personne qui se présentera à la Loterie nationale avec le billet qui sera considéré comme l’unique gagnant. La Loterie nationale tient en effet à se protéger en cas de conflit. "Quelle que soit la personne qui organise une participation en commun, la Loterie nationale n’intervient jamais, ni dans les conflits pouvant surgir entre les membres d’un groupe, ni dans ceux pouvant survenir entre les membres d’un groupe et son organisateur" , indique Jean-François Mahieu, porte-parole de la Loterie nationale.

En outre, si un point de vente se présente pour encaisser un gain d’une cagnotte, il doit fournir une série de documents. Une enquête est alors réalisée par la Loterie.

En 2006, une trentaine de joueurs mouscronnois qui avaient cotisé pour une cagnotte ont eu la mauvaise surprise de voir le jackpot leur passer sous le nez. En dernière minute, la libraire, qui avait aussi participé à la cagnotte, avait décidé de valider un autre bulletin, un quick-pick (c’est l’ordinateur qui choisit les numéros). Pour un montant de 150 euros, somme réellement réunie dans la cagnotte. Pour son malheur, le bulletin à 180 euros comprenait la combinaison gagnante…

La raison de ce choix ? Pour valider le bulletin multiple comportant six numéros et six étoiles, il fallait 180 euros au total. Soit 36 mises de 5 euros chacune.

Et ce vendredi-là, il n’y avait que 30 mises : il manquait donc 30 euros pour le multiple.

Lotto: appel à témoins !

Depuis quelques semaines, Cécile Hupin et Katherine Longly se sont lancées dans un projet appelé “Baraka !” : elles récoltent des histoires autour de la loterie, des gros lots et s’interrogent sur les conséquences sociales et psychologiques d’un gain soudain d’argent, comment cela bouleverse des vies.
Joueurs ayant décroché un jackpot ou étant passés à un cheveu du gain, libraires qui ont validé un bulletin gagnant, groupes d’amis jouant les mêmes numéros jusqu’à ce qu’il se passe “quelque chose” : si vous avez des histoires à ce sujet, avez vécu la fortune (ou presque) ou une mésaventure autour du lotto, des pistes de rencontre, contactez Katherine Longlypar mail : katherine_longly@yahoo.fr. Les interviews se font “sous le couvert de l’anonymat”, garantit le duo. Et donneront lieu à une expo spéciale et à un livre.