La crèche communale aclote se porte bien et veut le faire savoir

NIVELLES Ceux qui ont suivi l'actualité aclote il y a quelques années se rappellent du feuilleton à épisodes de la reprise en main de la crèche installée en bordure du parc de la Dodaine. Mouvement de grogne, mise en cause de la directrice finalement licenciée, constitution d'une nouvelle asbl pour mettre en place un conseil d'administration uniquement composé de représentants des partis politiques Tout cela a fait un peu passer les bambins au second plan. Mais aujourd'hui, la crèche tourne, a des projets et les responsables tiennent à rectifier l'image de l'institution.

«Dans notre société moderne, la crèche est un outil indispensable pour une ville comme Nivelles, explique Philippe Bouffioux, le président du comité de direction. Elle permet à un grand nombre de ménages de vivre pleinement leur vie familiale et professionnelle. Il est donc indispensable d'établir un climat de confiance entre les parents et les personnes qui, au quotidien, accueillent les enfants.»

Un climat favorisé par la constitution de petites structures accueillant de 20 à 25 enfants, au sein même de la grande crèche. Chacune a sa cuisine, son espace jeux et ses puéricultrices. Nouveauté aussi depuis septembre, la tranche d'âge supérieure, soit les 18 à 36 mois, a un domaine qui leur est propre. Ce qui permet de mener avec eux des activités plus adaptées, les mener en promenade

En tout, il y a 79 places à la Dodaine, et 18 aux Bengalis. Si on ajoute les 23 gardiennes à domicile dites à présent accueillantes conventionnées qui dépendent aussi de l'établissement, 327 enfants ont été accueillis en 2003. A ce propos, les candidates gardiennes sont toujours bienvenues, vu la prédilection des parents pour ces petites structures quasi familiales.

Côté projet, outre le remplacement du recouvrement de sol qui a 25 ans et le réaménagement du jardin à l'arrière de la crèche, les responsables rêvent d'informatiser les services.

«Il faut s'adapter à l'époque, constate Philippe Bouffioux. Les inscriptions, la gestion, aujourd'hui, tout se fait encore à la main, dans des carnets»

© La Dernière Heure 2004