Soit 75 % des internautes du pays. Plus vraiment un phénomène naissant !

Qu’il s’agisse de Becommerce, Norton ou, plus récemment, Comeos, porte-parole des commerces et services du pays, tous s’accordent autour de la question : la mayonnaise de l’e-commerce, en Belgique, a définitivement pris. La frilosité des premières années n’est plus le phénomène dominant dans le secteur : selon l’étude de Comeos, les achats en ligne ont augmenté de 8 % en 2013, par rapport à 2012. Et c’est via la tranche a priori plus récalcitrante des 44-59 ans qu’on doit l’essentiel de cette augmentation. Un autre chiffre qui fait mentir les préjugés : 55 % des plus de 60 ans ont déjà acheté en ligne ! En 2012, ils n’étaient encore que 42 %. La mamy frileuse de sortir sa carte de crédit devant son clavier, c’est bel et bien un mythe qui a vécu.

Côté argent, on dépense également de plus en plus online : 170 euros par mois en moyenne, soit 2.040 € par an. 30 % de plus qu’il y a deux ans !

Au total, pas moins de six Belges sur dix ont déjà acheté en ligne et trois utilisateurs internet sur quatre sont clients sur des sites d’achat en ligne. Un chiffre en constante augmentation, mais qui reste toujours relativement timide par rapport à nos voisins comme les Pays-Bas – qui ont toujours eu une longueur d’avance sur la question – et la France. En Grande-Bretagne, idem. Là, l’e-commerce pèse 10 % du commerce de détail. Nous ne sommes encore qu’à 3 %. Mais avec la multiplication des web-shops, et l’ouverture de grands acteurs (comme Media Markt) à une stratégie multicanal, le doute n’est plus permis : on n’e-shoppera pas à la tendance.

A. Ca.