Les vols de deux-roues motorisés sontcinq fois plus nombreux que ceux de voitures

Si les car-jackings représentent une part non négligeable des vols de voitures, il n’en va pas de même pour les deux-roues. Dans l’absolu, les vols de motos et de vélomoteurs sont peu nombreux : 2.595 pour le premier semestre 2012, soit environ deux fois moins que pour les autos.

Cependant, si l’on rapporte ce nombre au total des motocyclettes du parc routier belge (un peu plus de 441.000 véhicules), il apparaît que les vols enregistrés sont cinq fois plus nombreux que pour les voitures.

Autrement dit, s’il y avait autant de deux-roues motorisés que de voitures en Belgique, les services de police enregistreraient cinq vols de motos pour un d’automobile.

Ce qui n’est toutefois pas étonnant. Dérober une moto est souvent plus simple, même les modèles les plus lourds peuvent être emportés par quelques hommes forts à bord d’une camionnette.

C’est pourquoi tant les assureurs que les autorités conseillent aux propriétaires de tels engins de les attacher à des points fixes, au sol. De manière à limiter le risque de voir la moto et son cadenas… disparaître.

Pour être plus complet encore, il serait utile de comparer le nombre de car-jackings à celui des bike-jackings. Une donnée toutefois inexistante des statistiques de la police fédérale, qui réunit également celles de la police locale.

Cela dit, l’absence de tels chiffres n’est pas surprenante. Pour Stijn Vancuyck, conseiller deux- roues motorisés de la Febiac, ces vols sont sans doute très peu nombreux. “Il est malgré tout plus facile de voler une voiture”, explique-t-il, même s’il reconnaît qu’emporter une moto est possible, “mais tout motard doit savoir comment préserver sa machine. Ensuite, tout le monde sait conduire une voiture. Le phénomène du bike-jacking existe bien sûr, même si l’on n’en connaît pas l’ampleur”.

Et si le nombre de tels vols est très limité, c’est sans doute un mal pour un bien. Car, quoi qu’il arrive, lorsqu’un conducteur (ou un motard) est confronté à son agresseur, mieux vaut abandonner le véhicule que la vie.

J.-B. M.