INSOLITE

L’I-dosing, présenté comme une drogue… qui n’en est pas une

BRUXELLES Avez-vous déjà entendu parler de l’I-dosing ? Eh bien, nous non plus, en tout cas pas avant hier matin. Cette drogue virtuelle, téléchargeable sur une multitude de sites Internet, loin de constituer un danger pour les jeunes, donne l’impression d’un coup de pub.

Car de drogue il n’est pas du tout question. Comme l’indique son nom, l’I-dosing c’est une dose… de musique, par ailleurs assez bizarre… Celle-ci reproduit le battement binaural qui favoriserait, selon ses créateurs, l’entrée de l’auditeur en transe. Intéressant…

Par simple curiosité , nous avons donc testé une de ces bandes musicales de 30 minutes, histoire de voir si, à tout hasard, l’on pourrait entrer en catalepsie. Le constat est assez décevant… Mis à part le sentiment d’être dans un semi-état de somnolence, aucun autre effet hallucinogène, psychologique, rien.

Alors, l’I-dosing, juste un coup de pub ? Pour Nathalie Poskin, assistante sociale et chargée de consultations à Infor drogues, c’est clairement le cas. “Rien ne peut laisser penser que ce soit une drogue. Par contre, la stratégie marketing qui jongle avec l’interdit (les noms des bandes musicales telles que Ecstacy, Trip etc. NdlR) peut attirer les jeunes. Le danger, plutôt mineur, n’est donc que financier, puisque ces bandes musicales sont payantes. Le vrai danger, c’est que l’on commence à penser de cette musique qu’elle soit dangereuse pour les jeunes, et que l’on en vienne à stigmatiser la musique qu’ils écoutent aujourd’hui.”

Quant à l’influence de cette hype sur le passage aux drogues (les vraies cette fois-ci), rien du tout n’est prouvé. “La musique a une influence sur les individus, mais au contraire des drogues, elle n’a pas d’effet psychotrope et n’induit pas de dépendance. D’ailleurs, la théorie selon laquelle les gens passent inévitablement des drogues douces aux drogues dures n’est pas fondée. Les consommateurs de vins, de cigarettes ou de cannabis ne passent pas tous à la cocaïne ou à d’autres drogues dures.”

Yann Delomez

L’I-dosing, une dose de musique assez bizarre qui reproduit le battement binaural favorisant, selon ses créateurs, l’entrée de l’auditeur en transe. A l’expérience, ce n’est pas si sûr...