La joyeuse équipe du Jeu des dictionnaires sévit chez les Aclots

NIVELLES Vous connaissez le cri poussé par le charcutier lors des concours de haché porc-boeuf préparé ? La raison pour laquelle un Anglais même pas aphone s'est vu refuser le droit de voter la semaine dernière? Ce que sont finalement devenus les 500.000 euros que la Loterie nationale destinait à l'opération Cap 48? Alors tant pis pour vous, vous n'étiez pas au Waux-Hall hier soir pour l'enregistrement de la Semaine infernale et du Jeu des dictionnaires.

Bah, vous aurez toujours la possibilité de suivre ces émissions cultes sur les ondes de la Première, en radio, tout au long de la semaine prochaine. Mais vous n'aurez vraisemblablement pas droit aux bâillements d'une Laurence Bibot en grande forme, ni au volet visuel du jeu de ces champions de l'humour. Il faut bien donner quelques privilèges aux amoureux du direct

C'est à l'invitation de l'amicale du personnel de la Ville que la joyeuse bande de Jacques Mercier se trouvait dans la cité aclote. Cette association, qui fête son premier anniversaire et compte déjà une centaine de membres, s'est fixée pour but d'entretenir les relations amicales entre les travailleurs de la Ville. Mais on l'a vu avec l'activité d'hier soir, elle propage aussi la bonne humeur dans toute la ville.

Quelques bons moments en avant-première?Allez, quand on trouve la force de rire du résultat des élections en Flandre, c'est que tout n'est pas perdu. Mais Raoul Reyers préfère prendre ses précautions et se fondre dans la masse des habitants du Nord en prenant le soin de chausser des sandales et des chaussettes dès qu'il fait chaud. Important pour ne pas passer pour un Wallon, il faut ajouter un maillot de corps de cycliste. Et pour les prénoms des enfants, ça devrait se jouer entre Bart, Wim, Fintje, peut-être Joris. Le plus dur sera de s'habituer au lisier de porc

© La Dernière Heure 2004