Améliorer la condition de pauvres issus des pays du Sud peut aussi vous rendre plus riche

Placer son argent dans une coopérative sociale pour se procurer un bénéfice rapide et important est un mauvais calcul.

Certes, les dividendes peuvent être intéressants, mais ils ne sont pas garantis ni couverts en cas de faillite, rappelons-le, et puis l’argent que vous versez est directement utilisé pour répondre aux missions de la coopérative.

Si vous le retirez rapidement après l’avoir placé, son intérêt est faible. Pour la coopérative comme pour vous.

“L’État a offert aux trois fonds de développement agréés en Belgique de disposer d’un avantage fiscal majeur, nous dit Georges Karras, collaborateur Communication chez Alterfin. Nous pouvons délivrer une attestation fiscale lors d’un investissement. Il s’élève à 5 % du capital investi.” Une belle réduction qui se couple d’une obligation : investir à long terme, c’est-à-dire minimum 5 ans.

L’investisseur touchera donc 1 % par an. Ce qui reste très intéressant quand l’on regarde les derniers dividendes offerts par Alterfin. “Ces quatre dernières années, nous avons oscillé entre 3,5 et 4 % de dividendes, nous dit notre interlocuteur. Et le dividende est exonéré de précompte mobilier à hauteur de 180 €.”

Quand il fait le calcul, Bernard Bayot, directeur du RFA, parle donc d’un taux qui, tous avantages cumulés, va “au-delà des 5 %” ! Pas mal pour un fonds de développement qui “finance des institutions de microfinances dans le Sud ainsi que des organisations de paysans liés au commerce équitable”, comme le rappelle Georges Karras.

“Comme nos dividendes sont calculés au prorata, c’est bien d’investir en début d’année”, glisse-t-il en conclusion…

To. L.