Un vaccin thérapeutique contre le cancer du poumon est actuellement testé

SANTÉ L’Université de Gand (UZ Gent) veut stimuler le système immunitaire pour éliminer les cellules tumorales grâce à un nouveau vaccin contre le cancer du poumon. “Un vaccin anticancer n’est généralement pas utilisé à titre préventif, comme un vaccin contre la grippe”, explique le professeur Karim Vermaelen, du service pneumologie de l’UZ Gent.

“C’est souvent un vaccin thérapeutique, destiné aux personnes qui souffrent déjà d’un cancer.”

La nouvelle génération de médicament porte sur la stimulation des lymphocytes T. afin que le système immunitaire puisse agir sur les tumeurs et les éliminer, mais il peut également éliminer des cellules saines.

Un vaccin anticancer peut donc permettre d’éviter ces réactions auto-immunitaires.

Actuellement, le traitement habituel contre le cancer du poumon consiste en l’ablation de la tumeur et d’un traitement chimiothérapique.

Ce type de vaccins thérapeutiques n’est pas encore enregistré et commercialisé, mais est testé sous différentes formes dans le monde entier sur 10.000 personnes, dont une centaine de Belges.

D’après le rapport de l’Institut bruxellois pour la gestion de l’environnement (IBGE), le cancer du poumon est le cancer le plus fréquent chez l’homme et le quatrième chez la femme.

Le cancer du poumon est plus fréquent chez les personnes de 50 à 70 ans. Le tabac provoque plus de 80 % des cancers du poumon.

Il existe deux grandes formes de cancer du poumon : les cancers à petites cellules, qui représentent environ 25 % des cas, et les autres formes qui représentent 75 % de l’ensemble des différentes formes de cancer du poumon.

Toujours d’après le rapport, un quart des cancers du poumon chez les non-fumeurs serait provoqué par la fumée ambiante.

Par ailleurs, un homme sur trois et une femme sur quatre développeront un cancer avant leurs 75 ans.

Nicolas Franchomme