Deux SPA, indignés de la lenteur des chantiers payés par le fédéral (accords Beliris). “Simplifions !”, s’écrient-ils

CHANTIER BRUXELLES Quand les travaux du boulevard de Nieuport se boucleront-ils ? C’est ce qui chipote tout à la fois Ans Persoons, riveraine, militante au SPA de la Ville que Jef Van Damme, l’échevin de la Mobilité molenbeekoise. “Fondamental, ce chantier de la petite ceinture Ouest !”, ne nie guère le dynamique élu. “Il a débuté en 2009 et s’achèverait fin 2012. Mais Beliris doit foncer, le long du canal. D’autres gros ouvrages y sont conditionnés.”

Or, qu’a une xième fois mis en avant le couple politique, hier matin, à trois minutes de la place de l’Yser ? “Ils installent des rails. Depuis deux ans ! La voirie, les places de stationnement, etc. : “Je crains que cela ne prenne encore un an. Ce qui serait grave !”, ponctue Jef Van Damme. Pour info, le relooking des deux rives culmine à 15,4 millions d’euros.

Boulevard de Dixmude, une (quasi) perpendiculaire à l’axe abritant le Petit Château. Y vivant, Ans Persoons voit tout ce qui s’y passe. Ou plutôt ne s’y passe pas non plus : “L’espace public est tellement négligé que les gens ne font plus d’effort…”

Incontestable ! Les 200 jours théoriques de la promenade de la berme centrale s’éternisent. Pareil pour les déchets, amoncellements de cailloux ou bancs que la population a déballé. Au cas où vous ne l’auriez pas compris, précisons que le coup de pioche entamé en 2010 porte la griffe de Beliris, l’accord fédéral.

Comment en sortir ? Le mandataire a une idée. Beliris, Région et commune, ça fait (au moins) une administration de trop. “Que Beliris verse les sous à la Région. La transparence et le timing y gagneront.”

Guy Bernard

Les deux socialistes flamands, interloqués par la lenteur du mastodonte fédéral, l’accord Beliris. bernard demoulin