Artistiquement Khnopff

SAINT-GILLES Nous entamons cette année gastronomique 2003 par l'endroit le plus in, hype, tendance du moment, bref the place to be: le restaurant-bar Khnopff.

Ouvert voici moins d'un mois, il ne désemplit pas. Nous l'avons testé un lundi soir, veille de réveillon de nouvel an, donc généralement pas le moment idéal pour un resto: l'endroit était noir de monde. Le tout Bruxelles branché (qui a dit superficiel?), s'y donne rendez-vous, Ferrari et Porsche bien sûr garées devant la porte.

Et dire qu'il y a à peine plus d'un an, l'endroit n'était alors qu'un vulgaire chancre qui défigurait la chaussée de Charleroi. Cette maison qui fait l'angle avec la rue Saint-Bernard a abrité l'atelier du peintre symboliste Fernand Khnopff entre 1888 et 1902. Ensuite, la bâtisse semi-abandonnée ira de main en main pour finir par accueillir une station-service.

Le nouveau propriétaire a réhabilité l'endroit en logements luxueux avec au rez un vaste espace de plusieurs centaines de m2 à aménager en restaurant classe . Une brasserie bien connue s'est montrée intéressée et a pris un bail de 18 ans. Elle a donné carte blanche à Stéphane Rutté, l'un des anciens patrons de la boîte de nuit Les Jeux d'hiver , qui s'est lancé avec deux associés dont le patron de la Quincaillerie .

Le Khnopff est né. Le décor tout en sinuosités a été réalisé par l'architecte Miguel Cancio Martins, décorateur de night-clubs et des bars branchés lounge. On lui doit entre autres le Buddha Bar à Paris, le club Olivia Valère à Marbella, le bar du Raffles à Singapour. A Saint-Gilles, il a insufflé cet esprit lounge dans un décor résolument chaleureux et intimiste, tout en couleur et en dépouillement. Très réussi.

`Nous voulons développer ce concept de manger et/ou boire et de passer toute la soirée dans un endroit unique. Ce n'est pas une boîte. On n'y danse pas, mais on peut écouter cette musique typique des endroits lounge. La cuisine est ouverte de 11 h à 15 h et de 19 h à 23 h 30. Le bar est ouvert d'11 h du matin à 2 h du matin´ , explique Stéphane Rutté.

Côté cuisine, le chef Olivier Bellaches a tablé sur une carte assez simple mais faisant la part belle aux accents modernes et mondialistes.

Le tartare de thon rouge au jonagold et graines de sésame torréfiées (14 €) s'inscrit déjà comme un grand succès. L'osso bucco de lotte se marie parfaitement avec son accompagnement de linguinis à l'encre de seiche (22 €), très savoureux. Même tendresse à attendre de la brochette de gambas grillées au thym, salade tiède de poivrons rouges et verts au gingembre, huile d'olive pimentée (21,80 €). Lunch à midi et suggestions le soir séduisent déjà les bureaux et les hommes d'affaires. Les prix sont en rapport avec la branchitude over the top de l'endroit.

Le Khnopff, rue Saint-Bernard 1 (coin chaussée de Charleroi) à 1060 Saint-Gilles. Fermé samedi midi et dimanche.

Infos et rés. au 02.534.20.04

ou sur www.khnopff.be

© La Dernière Heure 2003