Sur demande du CHC, une étude sera lancée sur les trois (futurs) anciens sites. Il y a déjà des intéressés

LIÈGE L'inauguration des nouveaux bâtiments est prévue en 2016 mais un tel déménagement ne se fait pas en un jour...

D'ici sept ans, les services de l'hôpital CHC (précisément des trois sites que sont Saint-Joseph, à Sainte-Marguerite, la clinique de l'Espérance, à Montegnée, et Saint-Vincent, à Rocourt) déménageront intégralement sur un tout nouvel espace, celui de Patience et Beaujonc, à Glain, en bordure de l'A 602, le tout pour un coût de 224 millions d'euros.

Et ce déménagement de laisser libre les trois sites actuellement occupés. Naturellement dès lors, la réflexion s'est déjà mise en marche autour de la requalification, vente, location... ou destruction. Rien n'est sûr mais, ce qui est clair, "c'est que les sites ne deviendront pas des chancres", explique Isabelle François, responsable communication au CHC.

Contrairement à ce que peuvent craindre les riverains des anciens hôpitaux, en effet, notamment à Sainte-Marguerite, où l'hôpital occupe une place centrale dans le quartier, il n'y aura pas d'abandon...

"D'ailleurs, nous avons eu des contacts avec des acquéreurs potentiels et ce, pour les trois zones." Pas de nom dévoilé pour le moment au CHC "car il est trop tôt pour décider de toute façon", mais il y a bien des assurances pour le devenir des espaces.

Et pour faire son choix, le CHC a requis l'aide de la Spi + afin d'éclairer l'hôpital. À l'image du travail réalisé par la Spi + pour la future implantation du Standard, l'intercommunale a décidé de prendre en charge l'étude qui permettrait de cibler au mieux les développements ad hoc. Elle débutera en septembre. "Ce que nous désirons", précise ici Isabelle François, "c'est que les projets développés sur les trois sites soient cohérents et s'intègrent au mieux dans le développement urbain de la province."

À la Spi +, on précise que "le travail consiste à réaliser une note d'orientation". Celle-ci d'étudier dès lors des données telles que la superficie ou des contraintes comme la mobilité, le voisinage, les sols, et bien d'autres encore.

M. B.

Pour le CHC, les projets qui seront développés sur les trois sites "doivent être cohérents et doivent s'intégrer au mieux dans le paysage urbain liégeois".