Paulin l’emporte devantDe Dycker et Cairoli

MOTOCROSSMAGGIORA Tout avait mal commencé et tout s’est mal terminé pour Clément Desalle ce dimanche en Italie. Mais entre la qualif du samedi et l’ultime course du dimanche, notre compatriote avait fait naître un fol espoir. En effet, l’officiel Suzuki s’imposait au terme d’une course splendide et autoritaire dans la première manche dominicale. Hélas, la suite fut nettement moins favorable. Mais reprenons au commencement. Samedi en qualif de cette 9e manche du mondial MX1, Clément n’avait pu s’extraire du peloton et, pire, en cours de remontée, il s’accrochait avec l’Espagnol Barragan.

Le lendemain, il entrait donc en 10e position sur la grille de départ, juste derrière Jérémy Van Horebeek. N’empêche, lors de cette première course, Clément parvenait à se glisser dans le sillage d’un Cairoli blessé au bras gauche la veille, mais auteur du holeshot porté par les vivats que l’on devine. Notre compatriote profitait d’une erreur de l’Italien (il allait en commettre une autre à la mi-course), pour s’emparer du commandement dès la 2e boucle.

Desalle n’eut alors de cesse de creuser l’écart et de contrôler les velléités de De Dycker, très incisif, de Paulin et de Cairoli. On était aux anges dans le clan Rockstar et l’on entrevoyait enfin un nouveau succès en GP pour le Belge depuis son ouverture victorieuse au Qatar.

Malheureusement, la suite allait nettement moins bien se dérouler ! Au second départ, Desalle était enfermé au cœur du peloton alors que Paulin, De Dycker et Cairoli s’échappaient déjà. Tout au long du temps réglementaire, le Montois forçait le rythme et se pointait au cinquième rang quand, à l’attaque de Van Horebeek, son moteur refusait tout service. C’était l’abandon. Sans cette méchante mésaventure, il n’aurait pas remporté le G.P. qui échouait dans les mains de Paulin, mais serait grimpé sur la seconde marche du podium au détriment de l’excellent De Dycker.

Le pire, c’est qu’aujourd’hui, si Paulin réduit de cinq petits points son retard sur Cairoli, Clément perd le contact avec ses deux habituels adversaires !

Philippe Borguet