Les achats par voie plus traditionnelle stagnent ou régressent fortement : pour 2007, Internet progresse encore de 77 % !

BRUXELLES Les ventes à distance par La Poste ou par téléphone n'ont décidément plus le vent en poupe ! Selon les premiers chiffres disponibles pour l'année 2007, communiqués par la plate-forme Be commerce (qui regroupe les plus grandes entreprises de vente à distance, soit plus de 400 membres), on passe de 163 millions d'€ de ventes en 2006 (premier trimestre) à 112 millions d'€ en 2007, soit une nouvelle chute de 31,5 %. Ces ventes-là, désormais, dépassent à peine les 30 % (32,5 %).

Pour avoir une idée de l'évolution négative : entre 2005 et 2006, la baisse constatée était de 19 % sur toute l'année... Ensemble, en juin 2007, les ventes par poste ou par téléphone représentaient 210,3 millions d'euros en valeur, contre 490,6 millions pour Internet !

Internet décolle tant et plus : pour 132 millions d'euros de ventes en 2006 (premier trimestre), et 233 millions pour la même période de 2007, bref une hausse de 77 % et un créneau qui, désormais, se taille la part du lion avec 67,6 % du marché.

"En 2005, analyse Patrick Marck, pour l'Association belge du marketing direct (ABMD), le téléphone et La Poste arrivaient encore au-dessus d'Internet. En 2006, Internet commence à décoller (la croissance globale à l'échelle de l'année est en effet de 99 % par rapport à 2005. La tendance se confirme donc pour 2007, avec une progression identique du chiffre d'affaires qui devrait afficher +100 % en fin d'année. Il est clair que l'e-commerce est désormais bien lancé en Belgique."

On notera toutefois qu'en 2006, globalement, et surtout grâce à l'importance d'Internet, la vente par correspondance a progressé de 33 % dans le pays. Et on estime désormais que 54 % de la population qui a Internet procède à de l'e-shopping.

"La vente à distance sur un catalogue figé reçu par La Poste est un modèle dépassé", analysent les observateurs du marché.

Du coup, les anciens de la VPC (vente par correspondance) comme les Trois Suisses ou La Redoute sont obligés de s'adapter pour se maintenir à flot. À La Redoute, par exemple, vous le lirez par ailleurs, cela fait trois ans que les ventes par Internet ont été considérablement développées, ce qui n'empêche qu'en France, où Internet a décollé bien avant la Belgique, les 3 Suisses par exemple, sont en perte côté chiffre d'affaires...

Nancy Ferroni

Le bon vieux catalogue de vente par correspondance cède de plus en plus de terrain devant les possibilités qu'offre Internet. (shutterstock)