Un remake crétin, avec un bellâtre grotesque. N’est pas Schwarzie qui veut !

ACTION RÉSUMÉ. Né en plein milieu d’une bataille, Conan est prédestiné à devenir un guerrier hors norme. Lorsque son père est assassiné et que son village est détruit, il n’a plus qu’une seule idée : se venger !

(;;;;

NOTRE AVIS. Pour tous ceux qui ont grandi dans les années 80, Conan le barbare, c’est avant tout le premier grand rôle d’Arnold Schwarzenegger, celui qui va faire de lui une star avant Terminator. Le genre d’icône auquel on ne touche pas. D’autant que l’opus original, réalisé par John Milius, était loin d’être un navet et avait relancé la mode des films d’heroïc fantasy.

Le mauvais présage se confirme à l’écran dès la scène d’ouverture, lorsque la mère de Conan donne naissance à son rejeton de fils en plein milieu d’une bataille sanguinolente. D’emblée, on a compris qu’on aurait du mal à gober l’histoire. Le scénario accumule les inepties, tandis que le réalisateur, habitué des remakes de films d’horreur (le très réussi Massacre à la tronçonneuse et le nettement moins bon Vendredi 13) se vautre allégrement dans la violence gratuite.

Et puis, il y a bien sûr Conan, campé par le bellâtre de service, Jason Momoa. Si la musculature du gaillard tient la comparaison, son jeu se résume à des grognements et à deux expressions qui font passer Schwarzenegger pour un acteur shakespearien. Il est vrai que notre musculator n’est pas gâté par les dialogues. La palme revenant à la scène où il balance à l’héroïne : “Je vis, j’aime, je tue et ça me convient.” Et la belle de l’embrasser fougueusement après une si belle déclaration d’amour. Bref, en dehors de quelques effets spéciaux réussis (mais absolument pas mis en évidence par une 3D qui ne sert à rien), on flirte plus souvent avec le grotesque que le film épique. Schwarzie n’a pas trop de souci à se faire : il n’est pas prêt de se faire piquer son trône.

Frédéric Seront

Conan

Heroïc fantasy

Réalisé par Marcus Nipsel

Avec Jason Momoa, Rachel Nichols

Durée 110 minutes

En 1981, Conan le Barbare faisait de Schwarzenegger une star. On doute que le remake ait le même impact pour Jason Momoa.reporters