Un Bernissartois âgé de 40 ans avait sauvagement tailladé le visage de son rival amoureux

CORRECTIONNELLETOURPES TRIBUNALBERNISSART Le tribunal correctionnel de Tournai a condamné, ce jeudi, un habitant de Bernissart à trois ans de prison ferme.

Âgé de 40 ans, Michaël Mainil était cité à la barre pour une tentative de meurtre. À la suite d’un conflit de voisinage ayant dégénéré en une sanglante bagarre sur la place du Jeu de Balle, à Tourpes, l’intéressé avait porté des coups de hachette à Sylvain F. qui avait déclenché, semble-t-il, les hostilités.

Lors de cette rixe opposant des habitants d’une cité sociale, la victime a été sauvagement tailladée au niveau du visage et du cou, présentant de multiples plaies qu nécessiteront la pose de 49 points de suture.

Le plaignant garde de cette agression à l’arme blanche de vilaines cicatrices qui lui causent un préjudice esthétique.

“Monsieur est un danger social et une bombe en puissance qui ne sait pas gérer ses frustrations”, avait fait savoir le procureur du Roi lors de son réquisitoire. Quant au prévenu, actuellement derrière les barreaux et n’ayant plus droit au sursis, il a toujours affirmé que son intention n’était pas de tuer Sylvain F. : “En voyant que mon beau-frère était en danger, j’ai eu le mauvais réflexe d’intervenir. Tout s’est passé très vite !”

Des arguments que le tribunal a pris en compte en requalifiant la prévention initiale en coups et blessures volontaires ayant entraîné une incapacité de travail personnel.

Sur le banc des accusés figurait également Ellis R., un jeune Blatonien de 36 ans qui, lors de ce règlement de comptes d’une rare sauvagerie, sera lui-même ouvert à la main !

Ce dernier bénéficie d’une suspension du prononcé de la condamnation pour une durée de cinq ans.

B. D.