Hakki avait été contrôlé dans l’après-midi. Il avait 12 grammes de hasch sur lui

ACCIDENTLAEKEN L’origine du crash du pont Van Praet dans lequel quatre jeunes Bruxellois, âgés de 19 à 23 ans, ont perdu la vie le 18 avril 2013 demeure toujours inconnue. On sait que le véhicule circulait à vive allure, probablement à plus de 150 km/h, et c’est malheureusement à peu près tout.

La famille de Kadir Gemici a aujourd’hui l’intention de se constituer partie civile. Objectif : avoir accès au dossier afin d’en vérifier l’avancée, mais aussi faire taire les rumeurs ou les confirmer.

“On a l’intention de se constituer partie civile parce qu’on pense qu’un autre véhicule, une BMW X 5, serait à l’origine de l’accident. Il y aurait eu une altercation avec les jeunes, qui circulaient à bord de ce véhicule, et ceux-ci auraient pris le cabriolet des victimes en chasse. Tout cela aurait été filmé par les caméras de la station essence Shell, située boulevard du Lambermont, juste avant le pont”, explique Patrick Saerens, avocat de la famille de Kadir Gemici.

Précisons à cet égard qu’un autre véhicule à bord duquel se trouvaient des connaissances des victimes circulait également à vive allure à proximité sans néanmoins avoir été impliqué dans l’accident.

Et Patrick Saerens d’ajouter : “Mon client était passager à l’arrière du véhicule et était parfaitement clean. Les examens médicaux effectués à l’hôpital en attestent. Dans l’hypothèse où l’accident est uniquement dû au conducteur du véhicule, on souhaite vérifier s’il était apte ou non à conduire. Autrement dit : au vu de son passé judiciaire, s’il n’avait pas consommé de substance(s) illicite(s).”

Toujours est-il que cela risque d’être compliqué à vérifier puisqu’aucune analyse toxicologique du sang des victimes n’a été exigée… “Le parquet a uniquement désigné un expert en roulage et l’on attend toujours son expertise. Aucune analyse toxicologique n’a été requise parce qu’il n’y avait pas d’indications que l’une des quatre victimes aurait pu être sous influence(s)”, confirme Ine Van Wymersch, porte-parole du parquet de Bruxelles.

Selon nos informations, reçues de plusieurs sources, l’une des quatre victimes, Hakki, avait néanmoins été interpellée par des policiers de la zone Nord quelques heures avant le drame, place Lehon à Schaerbeek. Celui-ci se trouvait alors en possession de douze grammes de haschisch et avait été relaxé après audition dans le courant de l’après-midi.

Dans une vidéo mise online à la suite du drame (scannez le QR code pour la visionner), on aperçoit notamment Ugur qui filme Kadir – et inversement – à bord du cabriolet. On y voit aussi qu’au moins l’un d’entre eux ne porte pas de ceinture de sécurité.

Aucun occupant du véhicule ne la portait non plus le jour du drame. Avant que leur véhicule n’atterrisse sur ses quatre roues, ceux-ci avaient en conséquence été éjectés parce que la capote s’était détachée dans les airs.

D. Ha.