Les Droits de l'Enfant dignement fêtés devant la collégiale de Nivelles

NIVELLES «Ce serait bien que chaque enfant ait à lui un bout de jardin. Après, il en fait ce qu'il veut mais au moins, il a un arbre pour respirer et un chemin à débroussailler pour ceux qui vont suivre.»

Voici le texte qui a été lu par Sabrina, 7 ans et demi, mardi matin près de la stèle des Droits de l'Homme au pied de la collégiale Sainte-Gertrude.

Elève à l'école de la Maillebotte, elle faisait partie de ceux qui ont récité de petits textes préparés en classe avec les enseignants, à l'occasion de la Journée internationale des Droits de l'Enfant. Différents thèmes ont été abordés, avant un grand lâcher de ballons porteurs de message élaborés par les enfants.

«On a écrit le texte vendredi et je l'ai étudié le week-end à la maison», confie Sabrina. Martin, 7 ans, confie pour sa part qu'il a été choisi comme porte-parole de sa classe de Baulers pour parler de la paix dans le monde parce qu'il «parle fort!»

Mais il n'y a pas que les enfants qui ont tenu le micro hier dans la cité aclote. L'échevin de la Jeunesse, Camille Hacking, a lui aussi rappelé l'importance de ces droits aujourd'hui reconnus à la jeune génération. Sans oublier les devoirs correspondants: «On ne règle pas la violence par la violence. Soyez polis, gentils, serviables, et les autres le seront aussi avec vous.»

En tout, ce sont près de 1.000 enfants qui ont participé à ces festivités symboliques, après avoir assisté au Waux-Hall à un spectacle de Luc Regard. Pour répartir un tel nombre de bambins, la plantation d'un tilleul près de la stèle des Droits de l'Homme et le lâcher de ballons sur la Grand-Place ont eu lieu en matinée, et puis encore dans l'après-midi. Ce qui a valu à la collégiale de se retrouver deux fois sur la journée au milieu d'un nuage de ballons multicolores!

© La Dernière Heure 2004