Denise Debroux expose ses gravures inspirées de ses ruches chez Livre et Art jusqu’au 6 juillet

GRAVURELOUVAIN-LA-NEUVE Les abeilles, leur vol, leurs couleurs, leurs mouvements… sont autant d’éléments qui inspirent Denise Debroux. Elle pratique désormais la gravure, après avoir longtemps dessiné. L’artiste a vécu durant une trentaine d’années à Louvain-la-Neuve et vient de déménager vers Villers-la-Ville. Elle est également apicultrice depuis plusieurs années. Passionnée par les abeilles, elle a d’ailleurs ouvert ses ruches (près du cyclotron) à de nombreux enfants des écoles de Louvain-la-Neuve. “Encore aujourd’hui, je continue à élever des abeilles… pour l’abeille, même si je récolte aussi le miel”, sourit-elle.

Ses deux passions se croisent puisque ses gravures non figuratives sont inspirées de ses observations des abeilles. On retrouve les insectes dans les couleurs, les zigzags, le grouillement, voire les titres des œuvres, puisque l’artiste a représenté sa perception de la “congrégation des mâles”. Dans certaines œuvres, on entend presque l’essaim dont l’artiste a voulu rendre la vitalité, le mouvement, l’énergie et la dynamique.

“Ce qui m’inspire, c’est l’organisation, ce que l’on ne voit pas, ce qui se passe dans la ruche, à l’ombre.” Un labeur qui s’approche d’ailleurs de celui de la gravure qui pousse l’artiste à concilier le travail laborieux (de la gravure) avec son souhait de geste libre et spontané. Vernis mou pour le velouté du trait, sucre, aquatinte pour les masses, ce qui permet plus de richesse ou encore pointes sèches… l’artiste diplômée de gravure de l’Académie des Beaux-arts de Wavre (en 2010) ne se limite pas à une seule technique.

“C’est très travaillé, car je mélange les techniques, il n’y a donc pas d’automatismes dans mes procédures.”

Et pour cette passionnée de cuisine, la gravure se situe d’ailleurs à la limite de la chimie et de la cuisine. Une quinzaine d’œuvres, des gravures, mais aussi des monotypes (estampes) sont à découvrir au sein de la librairie et galerie d’art Livre et Art (lire par ailleurs) jusqu’au 6 juillet.

“Une quinzaine seulement, parce que l’art est un cheminement”, justifie Denise Debroux qui s’est consacrée à la création mais qui a jusqu’ici peu exposé. Ce qui justifie le titre de l’exposition : la gravure est un chemin…

Laurence Dumonceau