L’amour fusionnel décrypté par Valérie Donzelli : original à souhait

RÉSUMÉ. Véro et Joachim (à bien prononcer Joaquim, contrairement à ce que supposent les flics du film) sont des inséparables. Sœur et frère. Logiquement, s’ils étaient perruches, la disparition de l’un entraînerait la mort de l’autre. Frappé par un mauvais sort, Joachim se retrouve un jour collé – littéralement – à son opposé, Hélène, directrice de l’école de danse de l’Opéra Garnier. Malgré lui (et elle), il est pris au piège d’un nouveau lien fusionnel. De là, naîtra l’amour.

(((;;

NOTRE AVIS. On se laisse d’abord entraîner par ce ballet de gestes et de déplacements synchrones. On rit de l’invraisemblance voulue de certaines scènes, on s’amuse des répliques parfaitement construites pour Valérie Lemercier/Hélène (le personnage dit “coucher par politesse”) et on se délecte de l’exaspération pas camouflée de sa suivante, Constance (excellente Béatrice de Staël). Jérémie Elkaïm est à croquer aussi (et d’ailleurs sacré meilleur acteur au récent festival de Rome). Enfin, on s’émeut du milieu prolo dont est issue la paire fraternelle. Et on ne comprend pas toujours tout. Valérie Donzelli (à quatre mains avec Jérémie Elkaïm) écrit là le 3e volet de sa perception de l’amour : la séparation après la fusion. Un film en deux temps. D’abord comédie, ensuite drame. Mais pas larmoyant. Après un subtil et précieux (et encensé) 2e long-métrage, La guerre est déclarée, l’actrice-réalisatrice affirme son style. De celui qui ne lorgne pas sur ce que fait le voisin, ne respectant pas toujours les standards cinématographiques. Du cinéma intime, sans être intimiste. Fantaisiste et, de fait, original (avec une bande-son clin d’œil à Footloose). Valérie Donzelli imprime sa griffe : on aime ou pas, mais, au moins, c’est du jamais vu (sauf chez elle).

Main dans la main

Comédie dramatique

Réalisé par Valérie Donzelli

Avec Valérie Lemercier, Jérémie Elkaïm, Valérie Donzelli,…

Durée 1h25