Il s'affichera en tandem avec Jean-Marc Nollet aux prochaines élections

CHARLEROI Il restait quelques inconnues sur la liste Écolo pour les élections régionales de juin prochain. Voilà le suspense levé, pour autant qu'il ait partiellement existé.

Ce qui était prévisible, c'était l'arrivée de Jean-Marc Nollet, chargé de pousser la liste, fort de ses innombrables interventions multifonctionnelles et abondamment médiatisées.

Plus surprenante est la mise en place du huitième suppléant, Julien Lechat, peu connu du grand public, en interne dans le parti depuis quelques mois comme secrétaire politique.

Son passé ? Le collège du Sacré-Cœur et aujourd'hui des études en marketing à Namur. Est-ce à dire qu'Écolo afficherait, après d'autres et après avoir négligé la mise en image du parti, une tendance marketing accentuée ? Julien Lechat ne le nie pas. Écolo, dit-il, a appris l'évolution en matière de communication.

Il est entré chez Écolo sans charge héréditaire. Son choix politique a surpris un père médecin et une mère infirmière sans connotation politique particulière. L'y voilà pourtant. Il a été candidat en ordre inutile aux communales mais avec l'intention, déjà ancrée, de "faire de la politique".

Une rencontre avec Jean-Michel Javaux, qui l'a orienté vers Jean-Marc Nollet, aura été le déclic et le passage du théorique au pratique, avec la conviction, aujourd'hui, de faire partie d'une équipe, dit-il.

Du politique, il affiche les idées dont il est convaincu qu'elles sont réalisables. Elles touchent à l'environnement, à la transparence générale, au refus du cumul ou au développement durable.

De quoi, sans doute, bénéficier de la rampe de lancement que constitue un Jean-Marc Nollet suffisamment aguerri pour s'imaginer, déjà, des successeurs. Ils s'afficheront en tandem, c'est dit.

Philippe Mac Kay

Les idées de Julien Lechat touchent notamment à l'environnement et à la transparence générale.