Le produit d’assurance TwinStar est dans le collimateur

INVESTISSEMENTSBRUXELLES Des clients d’Axa Belgique ont-ils été floués sur la marchandise ? C’est en tout cas l’opinion d’Albert Biebuyck, fondateur de la société Investor Protection Europe, qui compte intenter une action en justice contre la compagnie d’assurances en septembre prochain.

En cause : la communication, selon lui “trompeuse”, entourant la commercialisation du produit de branche 23 TwinStar, lancé à l’automne 2007.

Le produit était très innovateur. TwinStar Today, réservé aux personnes âgées d’au moins 65 ans, promettait ainsi une rente à vie jusqu’à 4,5 % du capital net investi. Et cette rente, cerise sur le gâteau, ne pouvait qu’augmenter avec le temps, ou, au pis, rester stable.

Le client disposait également de l’assurance de pouvoir récupérer tout ou partie du capital disponible à tout moment.

Un produit fantastique, donc, sur papier.

Là où le bât blesse, c’est que la communication d’Axa Belgique a largement gommé les aspects négatifs du produit, selon Albert Biebuyck.

Tout le monde a compris que la rente provenait des revenus du capital versé par le client, capital investi dans divers fonds de placement.

Ce n’était pas vraiment le cas. En fait, Axa revend une petite partie du portefeuille pour verser ladite rente. Lorsque les marchés sont en hausse, c’est tout rose et violette. Mais voilà, les marchés ont chuté peu après le lancement du produit.

Résultat des courses, “en cas de marché défavorable, le capital est progressivement grignoté mois après mois par ces retraits”, explique Albert Biebuyck. Cela peut donc devenir une “machine infernale”, poursuit-il, évoquant la possibilité de voir le capital de départ se réduire comme peau de chagrin en cas de marchés défavorables. C’est que, pour honorer son engagement à verser une rente régulière, Axa Belgique doit puiser dans le capital restant, et ainsi de suite.

En soi, le mécanisme n’a strictement rien d’illégal.

Ce qui cloche, pour Albert Biebuyck mais aussi pour Maître Christophe Steyaert, du cabinet d’avocats Joyn Legal, c’est qu’Axa Belgique a “mené ses clients en bateau” avec ce produit, en omettant de clairement mentionner le mécanisme exact du produit.

“Il est interdit de présenter un produit de façon tendancieuse”, rappelle Maître Steyaert. Or, le magazine Happy You de septembre 2007 qui consacre pas moins de 11 pages à TwinStar ne souffle mot des désavantages du produit en cas de retournement des marchés. Des clients l’ont compris, lorsqu’il était trop tard...

P. D.-D.