Des hommes en jupe

Cette semaine, je vais essayer de rester sérieuse et de vous parler de la condition des femmes victimes des violences conjugales, dont on célébrait la journée ce vendredi 25 novembre. Le sujet est lourd qu’important, a instauré une journée de la jupe ce même jour. C’était la deuxième année consécutive qui nous invitait à afficher nos jambes et ainsi à s’exposer aux remarques sexistes des gens pas très intelligents. Alors, avez-vous sorti la vôtre ? Parce que certains hommes n’ont pas eu froid aux mollets et ont eu le courage de s’afficher flanqué de jupes longues. Loin d’eux l’envie de ressembler à un Jean-Paul Gaultier en kilt. Non, leurs jupes, on n’en voudrait pas nous-mêmes, mais qu’importe, saluons leur geste et rappelons dans la foulée qu’en Belgique, une femme sur cinq subit des violences conjugales. 147 femmes en moyenne portent plainte chaque jour pour violence conjugale. Quand on vous dit que c’est un fléau ! Pour lutter contre cette effrayante violence qui existe dans les familles, il existe la circulaire Tolérance zéro, et ce depuis 5 ans. Cette Tolérance zéro a tout simplement été mise en place pour mettre fin aux classements sans suite, ce qui, à la base, est un projet plutôt pas mal. Mais voilà, certaines associations féministes crient aujourd’hui à l’inutilité de cette circulaire. Pourquoi ? Parce que selon elles, la prise en charge serait trop inégale, suivant le lieu où la victime porte plainte. Par exemple, certains employés de tels ou tels bureaux de police assimilent ces problèmes de violence conjugale à des problèmes de couple, des petites disputes, rien de dramatique. Ces féministes regrettent, et elles ont raison, qu’on ne prenne pas systématiquement au sérieux la plainte déposée.

Mis à part ça, l’actualité de ces derniers jours a fait la part belle à, vous l’aurez constaté vous-même, Google view qui fait paniquer les Belges, pour

tant floutés sur les images du géant de l’Internet. C’est tout pour aujourd’hui. Bon dimanche !

Journaliste