Des dessins au fusain découverts dans une salle secrète de la basilique San Lorenzo de Florence en 1975 enfin présentés au public

ARTFLORENCE L’événement a fait courir tous les amoureux de l’art. Mais aussi pas mal d’historiens. La directrice du musée des chapelles Médicis, à Florence, Monica Bietti, a convoqué la presse du monde entier pour présenter des dessins inédits de Michel-Ange. Qui sont restés cachés au public depuis 38 ans.

En 1975, des travaux sont réalisés dans la Sacristie Neuve de la basilique San Lorenzo, qui date de 1521 et contient les tombeaux des Médicis. Les archéologues mettent ainsi au jour une pièce secrète, juste en dessous, dont aucun document n’avait jamais parlé. En y pénétrant, une autre surprise les y attend : les murs et plafonds sont ornés de dessins au fusain de Michel-Ange.

“Ces dessins au fusain, jamais montrés, témoignent de l’œuvre d’un artiste forcé à se cacher”, a expliqué la directrice. En effet, durant le siège de la cité par les Espagnols en 1529, Michel-Ange serait resté cloîtré dans cette petite pièce étroite de sept mètres sur deux pendant trois longs mois. Pour passer le temps, il a dessiné sur les murs des visages, des jambes, des bras.

“Dans son style aisément reconnaissable – musculature, mouvement, puissance –, l’artiste, seul, avait alors couvert les murs d’esquisses, cherchant à fixer son inspiration en vue d’œuvres futures”, poursuit la directrice.

Inutile, pour autant, de se ruer à Florence dans l’espoir d’apercevoir ce nouveau trésor : la pièce secrète, inadaptée aux visites de groupes, “va rester inaccessible aux touristes, pour des raisons de sécurité”. Mais un dispositif audiovisuel flambant neuf permettra quand même de les admirer à distance.

Les admirateurs de l’œuvre de Michel-Ange, un des plus grands génies de la Renaissance, ne bouderont pas leur plaisir.

P. L.